Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 17:13

Football Décryptage: Nuzzolo, le buteur qui fuit les défenses

A 36 ans, l’attaquant de Neuchâtel Xamax demeure très performant. Son jeu est notamment constitué d’appels qui surprennent les adversaires.

L’une des forces de Raphaël Nuzzolo? Sa capacité à se faire oublier par les défenses adverses grâce à des courses bien senties.

L’une des forces de Raphaël Nuzzolo? Sa capacité à se faire oublier par les défenses adverses grâce à des courses bien senties. Image: Keystone

Expected goals/assists

Il s’agit de la chance de marquer un but selon différentes variables basées sur la position du tir, la partie du corps utilisée, la caractéristique de la dernière passe, etc. Cela est ensuite comparé à des milliers d’actions similaires qui permettent de déterminer la probabilité de marquer ce tir. Une frappe dont l’Expected Goal (xG) serait de 1 considérerait qu’il est impossible de le manquer, alors que 0 désignerait une tentative qui ne peut être marquée. Le raisonnement est le même pour les assists, qui ne prennent pas donc pas en compte l’issue réelle de l’action. Les données utilisées dans cet article sont extraites de la base de données Wyscout.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les années passent, Raphaël Nuzzolo marque. Entre autres. La palette du Biennois est plus large que son simple rôle de buteur. Tiens, pour preuve, buts et passes décisives réunis, il est cette saison le deuxième joueur le plus décisif du pays, juste derrière Jean-Pierre Nsame. L’attaquant d’YB en est à 16 buts et assists, celui de Neuchâtel Xamax à 13 (7 buts et 6 assists). Rien d’illogique. Les stats avancées confirment cette donnée: avec 7.08 Expected goals et 4.67 Expected assists, Nuzzolo est également deuxième dans la «théorie» statistique (voir encadré).

A 36 ans, le Biennois appartient donc aux meilleurs attaquants du pays et Xamax a la chance de pouvoir se reposer sur lui. Il en sera d’autant plus le cas dimanche pour le match de la peur à Sion, surtout en l’absence d’un Gaëtan Karlen suspendu. Pourtant, son talent n’est pas que mesurable à l’aune des chiffres. Raphaël Nuzzolo est malin. Pour être à l’origine ou à la finition d’autant d’occasions (en moyenne, il tire plus de 3 fois par match et délivre 1,5 passes qui donnent lieu à un tir d’un coéquipier), cela compte. L’une de ses forces: sa capacité à se faire oublier par les défenses adverses grâce à des courses bien senties.

Une priorité: la profondeur

Comme contre Lugano lorsqu’il a ouvert le score samedi dernier, Raphaël Nuzzolo est un joueur qui aime la profondeur. «C’est assez instinctif pour moi, décrypte-t-il. Déjà en jeunes, j’en faisais une force. Je sais que c’est quelque chose que les défenseurs adverses n’aiment pas.» Et pour cause: c’est une action que ces derniers ne peuvent pas totalement maîtriser, notamment si elle démarre dans leur dos.

«Ma première idée, c’est toujours de faire l’appel qui va éliminer.» En filant dans le dos de Vecsei dès la prise de balle de Di Nardo, l’attaquant xamaxien a ainsi pu compenser ses petites carences. «En vitesse pure, je ne suis pas un joueur rapide. Mais le timing est beaucoup plus important.» Si bien que le Biennois accorde une certaine importance à gérer sa course, de manière à ne pas être trop rapide tout de suite. «Le fait d’être sifflé en position d’hors-jeu est quelque chose qui m’énerve», sourit-il.

S’éloigner pour le meilleur

L’appel dans le dos n’est pas toujours possible. Alors, Raphaël Nuzzolo a dû trouver des alternatives. Sauf qu’il n’est pas grand (1m75), ni très large. Dans le duel, face à des défenses regroupées, ses limites athlétiques se font ressentir. Cela tombe bien, Neuchâtel Xamax n’a pas souvent le ballon (41,3% de possession, le plus faible total du championnat). Les Rouge et Noir fonctionnent plus souvent en contre-attaque, sur des transmissions rapides. Cela signifie que l’espace est plus important.

C’est justement ce que le Xamaxien recherche. Nuzzolo fuit le duel et cela lui permet de profiter de plus de latitude: «En fait, je m’adapte à ce que les défenseurs font. Je sais qu’ils ont plus de facilité avec des pivots, car ils peuvent aller au corps à corps. Alors qu’avec un joueur qui te fuit, c’est plus difficile.» A s’éloigner des défenseurs, il se donne des mètres et des secondes. Ainsi, comme la vidéo ci-dessus le met en exergue, les appels de l’attaquant se font généralement sur la largeur, alors que les adversaires protègent l’axe. Il n’est donc pas rare de constater que les courses du Biennois s’éloignent du porteur de balle, quitte à ensuite revenir vers l’intérieur une fois que la passe lui a été transmise. Les avantages? Pouvoir prendre de la vitesse balle au pied et faire une différence.

Invisible dans la surface

Depuis qu’il a été replacé attaquant par Michel Decastel, Nuzzolo empile les buts. Pourtant, il n’est pas un renard des surfaces. Il ne rode que rarement dans les seize mètres, où il pourrait simplement attendre le bon coup. A la fois parce que cela serait compliqué compte-tenu du style de Xamax, mais aussi parce que ce n’est pas son jeu.

Comparaison entre les heatmaps («cartes de chaleur») de Nuzzolo et Nsame depuis le début de saison. Le Bernois, en bas, touche beaucoup plus souvent la balle dans la surface que le Xamaxien.

Le Biennois n’est pas un «piquet». Il ne fait pas la «carotte». Il bouge, beaucoup. Son entraîneur Joël Magnin, comme Decastel ou Henchoz avant lui, lui offre cette liberté d’interpréter l’espace. Ainsi, lorsque Xamax rode autour des buts adverses, Nuzzolo s’attelle systématiquement ou presque à filer au deuxième poteau.

Pourquoi? Cela vient de sa formation d’ailier, estime-t-il. «J’essaie parfois de me forcer à attaquer le premier poteau, mais j’ai un peu plus de peine, ce n’est pas naturel.» Cela a ses avantages: les défenseurs sont logiquement focalisés sur le porteur de balle et beaucoup moins sur ce qui se passe derrière eux. En faisant en sorte d’échapper à l’attention de ses vis-à-vis, le buteur neuchâtelois se donne la possibilité d’agir librement. Cela tombe bien, ses coéquipiers le cherchent et le trouvent régulièrement dans cette zone. Message d’alerte donc pour la défense sédunoise.

Valentin Schnorhk

Créé: 12.12.2019, 11h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.