Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 23:43

Football Le premier coach de Mvogo: «Je lui disais de ne pas prendre le ballon des mains»

Luc Déglise, l’un des premiers entraîneurs de Yvon Mvogo à Marly, se souvient du premier match du portier de Leipzig, brillant lundi en Islande.

Yvon Mvogo a été brillant pour sa première titularisation contre l'Islande lundi.

Yvon Mvogo a été brillant pour sa première titularisation contre l'Islande lundi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a été l’un de ses premiers entraîneurs à Marly. Luc Déglise se souvient forcément de ce portier déjà félin qu’il avait mis en cage en Juniors D. C’est la première fois que Yvon Mvogo, brillant contre l’Islande lundi soir, avait été aligné dans des grands buts. «Il devait être âgé d’une dizaine d’années, se souvient le Fribourgeois, mais il avait déjà un bon gabarit.»

Celui qui a relayé Yann Sommer à Reykjavik ignorait encore toutes les règles dans cette nouvelle catégorie où la passe en retrait était notamment interdite. «Je ne le connaissais pas spécialement mais comme j’avais besoin d’un gardien, on me l’a conseillé, renchérit Luc Déglise. Mais à peine le match avait commencé, qu’on a constaté avec l’autre coach, Gilles Clément, que cela n’allait pas le faire avec lui, qu’il fallait s’occuper un peu plus de lui.»

Yvon Mvogo lors de ses débuts à Marly avec son autre coach Manuel Ferrera

Du coup, Luc s’est placé derrière son filet pour lui expliquer ce qu’il devait faire. «Je lui disais de sortir ou de ne pas prendre le ballon des mains quand il n’avait pas le droit, c’était marrant, renchérit son ex-coach. Même si je ne suis qu’un maillon de la chaîne, je pense que c’est un peu là qu’il a en effet appris les rudiments que nous connaissons actuellement.» Il évolue désormais en Bundesliga, avec Leipzig.

C’est donc à ce moment-là que Yvon Mvogo est devenu un grand gardien?

On avait eu ensuite un deuxième match à l’extérieur dans la foulée du premier où il avait été bon. Après l’avoir perdu un peu de vue (il était alors coaché par Manuel Ferrera) j’avais proposé alors au club qu’il effectue régulièrement des entraînements de gardien. Mais c’était malheureusement trop tard car le FC Fribourg avait déjà mis la main dessus. Tant mieux pour lui, d’ailleurs.

Avait-il déjà quelque chose en plus des autres gardiens que vous aviez entraînés?

Oui et il avait surtout une taille intéressante pour son âge. Encore maintenant, c’est un joli bébé. On a vu ensuite sa progression à Fribourg, jusqu’à Young Boys. Il a su saisir sa chance quand il le fallait.

Vous n’avez donc pas été surpris de le voir gravir aussi bien les échelons jusqu’en équipe nationale?

De sa progression? Non. Mais il fallait être présent au bon moment. Il y a certainement des bons portiers qui passent entre les mailles du filet et des moins bons qui y arrivent. Lui, il a effectué des bons choix au bon moment. Quand il est arrivé à Young Boys, il n’était que remplaçant lorsque Marco Wölfli s’est gravement blessé. Que ce serait-il passé si le titulaire n’avait pas été sur le flanc? Tant mieux pour Yvon.

Avait-il déjà ce caractère si jovial et cette joie communicative dans le vestiaire?

Yvon a toujours été un gentil garçon, très agréable à côtoyer, sans jamais de problème dans le club.

L’avez-vous revu depuis qu’il joue en Allemagne?

J’ai aussi été président du FC Marly à un moment donné et je me souviens qu’on l’avait invité en 2012 à l’occasion de notre 75e anniversaire. S’il n’avait pas réussi à se libérer, il nous avait envoyé un joli message.

Étiez-vous devant votre poste de télévision, lundi, pour sa première titularisation avec l’équipe de Suisse?

Bien sûr et à Marly on est tous content pour lui, heureux de voir un jeune du club réussir à ce niveau. Mais c’est surtout lui, Yvon, qui doit être fier de son parcours. A vrai dire, tout le monde a son mérite dans son succès, même si pour nous ce n’est pas le plus important.

Quel message avez-vous envie de lui transmettre aujourd’hui?

J’ai surtout envie de le féliciter pour son parcours. Bravo Yvon pour tout ce que tu as fait. Il y a eu beaucoup de travail, de sacrifices derrière et de don de soi. Je lui souhaite tout de bon pour son avenir et lui espère un place de titulaire dans une équipe forte dans un grand championnat.

Créé: 17.10.2018, 11h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.