Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 08:41

Football Everton innove avec une première mascotte virtuelle

Le club de Liverpool a-t-il initié une révolution technologique? Un robot a permis à un enfant handicapé d’assister au match comme s’il y était.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une mini-révolution technologique qu’a opérée le club anglais d’Everton, lundi soir, avant son match contre Newcastle (1-0). Un robot a en effet permis à un jeune garçon, trop malade pour se déplacer au match, de se transformer en mascotte virtuelle et de vivre le match depuis chez lui comme s’il avait été à Goodison Park.

C’est le capitaine des Toffees Phil Jagielka qui avait ce robot en main au moment de l’entrée des équipes sur le terrain. Équipé d’une caméra, d’un microphone et d’un haut-parleur, ce mini-robot d’une vingtaine de centimètres de hauteur, a permis à Jack McLinden (14 ans), un jeune homme condamné à la chaise roulante - il souffre du syndrome de Lennox, une forme d'épilepsie infantile -, de vivre des émotions folles rien qu’en regardant sa tablette, qui était reliée au robot.

Grâce au travail technique de la start-up «No Isolation», Jack McLinden a également été présenté à l’équipe de Sam Allardyce dans les vestiaires et le tunnel, et il a pu s’imaginer tenant la main de Phil Jagielka lorsque les joueurs ont pénétré sur la pelouse.

Après la victoire d’Everton (1-0), le manager des Toffees Sam Allardyce est venu lui-même présenter le robot en conférence de presse (voir vidéo).

Directeur de la communication d’Everton, Scott McLeod se réjouissait de cette première. «La chose la plus importante, pour chacun de nous au club, c’est que nous avons eu la possibilité, grâce à cette merveilleuse technologie, de réaliser quelque chose d’incroyable pour un jeune supporter d’Everton.»

Quant à Jack et à sa famille, ils étaient évidemment aux anges: «Nous sommes ravis que, grâce à «No Isolation» et au club d’Everton, Jack ait pu vivre une telle expérience au moins une fois dans sa vie.» On le serait à moins.

Créé: 24.04.2018, 16h39

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.