Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 17:50

Football La fédération argentine force les clubs à jouer

Alors que le sport tire la prise un peu partout, le ton monte entre River Plate et la fédération.

Même dans un stade vide, River Plate refuse de jouer et s'oppose à la décision de la fédération.

Même dans un stade vide, River Plate refuse de jouer et s'oppose à la décision de la fédération. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que les annonces de gel des championnats sportifs pleuvent de partout, la ligue de football d’Argentine a décidé de maintenir la tenue de ces événements ce week-end. En effet, le lancement de la Copa de la Superliga a bien eu lieu vendredi soir, dans un stade à huis clos. Des mesures insuffisantes pour le club mythique de River Plate, qui a aussi annoncé vendredi qu’il fermait ses portes jusqu’à nouvel avis et qu’il refusait de jouer la rencontre prévue samedi l’opposant à l’Atletico Tucumán. Fidèle à cette mesure, aucun membre de l’équipe ou du staff ne s’est présenté à l’Estadio Monumental pour la rencontre, laissant arbitres, adversaires et officiels en plan devant le stade.

Même si le choix de la fédération est conforme avec les mesures du ministère du tourisme et des sports, River Plate avance que la santé de ses acteurs est mise en danger: « Nous estimons que la poursuite de la compétition comporte des risques graves pour la santé de notre équipe professionnelle et celle de toutes les personnes impliquées dans l’organisation d’un match officiel » communiquait le club de Buenos Aires. Cette déclaration a fait l’effet d’une bombe dans le pays. Beaucoup de soutiens de rang, comme Diego Maradona, et d’autres joueurs de la ligue ont suivi cet appel à la résignation.

Mais cette décision n’est pas tout à fait aux goûts de la fédération, bien décidée à faire respecter son autorité. Dans son communiqué, la fédération souligne que: « Les autorités nous ont informés que les matches de football pouvaient être joués, en prenant la précaution de le faire sans public, pour éviter la propagation du virus COVID-19 ». Avant de s’adresser indirectement à River Plate: «L’attitude adoptée unilatéralement par un club de la Superliga fera l’objet de sanctions. Surtout si les autorités nationales ne trouvent pas de raisons scientifiques de limiter la tenue des rencontres, à partir du moment où elles sont disputées à huis clos et sans public».

Même si ce discours est soutenu par les autorités, les dirigeants du club du club de Buenos Aires soulignaient un détail important, qui a motivé leur décision et qui représente à leurs yeux une faille dans le discours officiel: « une rencontre à huis clos rassemble trois mille personnes, bien que la ville n'en autorise que 200 par événement ». Avant d’enchaîner « Nous devons être solidaires, ne pas sous-estimer l'évolution de la pandémie et prendre les mesures de précaution nécessaires pour garder une longueur d'avance et éviter ce qui s'est passé en Italie, en Espagne ou aux États-Unis ».

Si la suspension des matches n’est sûrement qu’une question de temps en Argentine, reste à savoir si River Plate devra payer son audace, où sa sagesse en fonction du point de vue. À l’heure où Carlo Ancelotti et Wayne Rooney accusent la fédération anglaise de ne pas avoir réagi assez vite et d’avoir mis la santé des sportifs en danger, le schéma pourrait bien se répéter de l’autre côté de l’Atlantique.

THO

Créé: 15.03.2020, 18h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.