Jeudi 20 février 2020 | Dernière mise à jour 02:29

Football Fickentscher: «Il n’y a pas de tricheur au FC Sion»

Après une première partie de saison décevante, le club valaisan sait qu'il doit offrir un autre visage sous l'ère Dionisio. Le peut-il? Avant la reprise, LeMatin.ch a fait le tour des questions chaudes avec le portier de Tourbillon.

Pour Kevin Fickentscher, un bon parcours en Coupe de Suisse est indissociable d'un réveil du FC Sion chaque week-end. «On ne peut pas prétendre réaliser un truc en Coupe en étant à la rue en championnat», explique-t-il.

Pour Kevin Fickentscher, un bon parcours en Coupe de Suisse est indissociable d'un réveil du FC Sion chaque week-end. «On ne peut pas prétendre réaliser un truc en Coupe en étant à la rue en championnat», explique-t-il. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Kevin Fickentscher (31 ans) n’est pas du genre à parler pour ne rien dire, ou à faire l’apologie de la langue de bois pratiquée par nombre de ses semblables. Mais le portier vaudois du FC Sion sait aussi que les mots prononcés, aussi forts ou justes soient-ils, ne suffiront pas à compenser sinon effacer une première partie de saison terriblement frustrante. Avec Ricardo Dionisio désormais à la barre, le club valaisan trouvera-t-il le moyen de rebondir? LeMatin.ch en a discuté, parmi d'autres sujets, avec le gardien de Tourbillon.

Kevin Fickentscher, pourquoi le FC Sion a-t-il à ce point déçu lors de la première partie de saison?

Notre excellent départ a provoqué beaucoup d’attentes et d’engouement (ndlr: après 7 matches, Sion était co-leader du championnat avec 16 points, à égalité avec le FC Bâle). Mais on n’a pas su tenir la distance. Dès que les choses ont mal tourné, tout s’est enchaîné négativement. On s’est retrouvé dans un engrenage sans réussir à en sortir.

Finalement, c’est quoi le problème?

Si je le savais, je l’aurais déjà réglé… Ou je serais alors coach! Il est compliqué de savoir pourquoi cela a autant cloché. Il y a certainement eu un aspect mental non négligeable. Quand les résultats sont là, la confiance grandit, et l’ambiance s’en ressent positivement. A l’inverse, quand tout devient plus compliqué, ce qui fonctionnait avant ne suffit plus. Et le petit détail qui penchait en notre faveur jusque-là se met à tourner dans l’autre sens. On a pourtant déjà démontré que l’on pouvait réaliser de belles choses.

On évoque régulièrement un problème d’identité, un état d’esprit évanescent…

Ce n’est jamais aussi simple. On n’appuie pas sur le bouton «on» ou «off», style, on est bon un week-end, on va être nul le suivant. J’ai l’impression que les gens pensent que l’on s’en fiche, que cela ne nous touche pas. Mais c’est faux: on est tout autant déçus que nos supporters. Cela dit, à aucun moment, je n’ai senti une équipe qui trichait. Si fracture il y a pu avoir avec le public, c’est uniquement en raison de nos mauvais résultats.

Si vous n’en faites pas assez parfois, c’est peut-être aussi parce que vous ne vous aimez pas suffisamment… C’est ça?

Je ne suis pas là pour aimer mes coéquipiers mais pour bosser avec eux. Contrairement à ce que certains pourraient penser, ce n’est pas un vestiaire qui se tire dessus ou qui n’est pas soudé.

En tant que cadre du vestiaire et vice-capitaine, vous auriez envie de dire quoi avant cette reprise dimanche à Thoune? Quel est votre message?

Oh, des messages, j’en ai déjà beaucoup adressé cette saison! On a tous de l’ambition. Je le répète, il n’y a pas de tricheur au FC Sion. Mais les paroles ne suffiront plus, c’est le terrain qui doit parler.

Jusqu’à présent, il y a surtout eu un flagrant manque de jeu…

Le pourquoi du comment est une chose complexe, cela commence par la gestion des détails (…) Quand un entraîneur dit quelque chose, je ne le contredis pas…

Ricardo Dionisio est déjà le quatrième coach à s’asseoir sur le banc cette saison. Le compte est bon?

Ce n’est pas à moi de faire le compte. On fait notre travail. Que ce soit le premier, le deuxième ou le quinzième coach, on est employé du club.

Compte tenu des attentes et du potentiel supposé de l’équipe, est-on en droit d’espérer voir dès dimanche un autre FC Sion pour une forme de rédemption?

Ce que les gens attendent de nous passera obligatoirement par des résultats. Cela ne sert à rien de faire de grandes théories si rien ne change sur la pelouse, au niveau des résultats. Il faut finaliser ces bonnes intentions en étant convaincu de ce que l’on fait. Nos supporters sont extraordinaires, on se doit de tout faire pour leur apporter du bonheur.

Depuis la reprise, qu’est-ce qui a changé au quotidien?

Il était important de revenir avec la tête libérée, déchargée des ondes peut-être négatives. Le nouvel entraîneur apporte de la joie et une envie de bosser, ça se voit sur lui. C’est aussi un homme de convictions. On a bien pu travailler, dans une excellente ambiance. Mais en début de saison aussi, l’ambiance était bonne… Maintenant, il ne s’agit pas d’oublier notre première partie de saison mais de regarder devant.

Jusqu’où? Quel peut être ce printemps l’objectif d’une équipe classée 7e?

Sion est certes 7e mais pas très éloigné du quatrième rang non plus. Pas très loin des derniers non plus, je le concède. Dans ce championnat, tout est très serré, très compact mais l’on se doit de regarder vers le haut, de grimper au classement.

On parle aussi beaucoup de la Coupe…

Bien sûr que c’est un grand objectif en 2020. Mais si l’on veut faire quelque chose en Coupe, cela impose d’abord un redressement au quotidien. On ne peut pas prétendre réaliser un truc en Coupe en étant à la rue en championnat.

Propos recueillis par Nicolas Jacquier

Créé: 23.01.2020, 14h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.