Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:04

Football Geiger: «On va directement franchir une double marche»

A moins de dix jours de l’entame de la saison de Super League, l’entraîneur du Servette FC fait le point sur l’état de ses troupes, auxquelles il espère ajouter encore deux éléments.

Alain Geiger: «Je pense qu’il faudra attendre cinq ou six journées avant d’en savoir un peu plus sur notre situation.»

Alain Geiger: «Je pense qu’il faudra attendre cinq ou six journées avant d’en savoir un peu plus sur notre situation.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est encore tôt pour y voir clair, mais les Servettiens n’ont pas d’autre choix. Dans moins de dix jours ils seront opposés à Young Boys, champion de Suisse en titre, pour la reprise du championnat de Super League. Et si l’équipe peut surfer sur la dynamique d’une saison presque parfaite à l’échelon inférieur, tout le monde est conscient qu’il en faudra davantage pour rivaliser avec l’élite.

«Nos vacances ont été très courtes et ça a été très difficile pour tout le monde de se remettre au travail, souffle Alain Geiger. La cassure entre toutes ces belles émotions de la promotion et la reprise a été petite. Mais nous sommes vraiment contents d’être là. Entre aller jouer à Rapperswil le 21 juillet prochain et nous retrouver au Stade de Suisse, le choix est vite fait. Et en portant le maillot «grenat» sur le dos, c’est encore mieux. Ça faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu trois équipes romandes dans l’élite», sourit l’entraîneur valaisan.

Après deux victoires en préparation, face à Neuchâtel Xamax et l’ancien grand rival relégué Grasshopper, le SFC a enchaîné avec des défaites face aux deux équipes lausannoises de Challenge League. Pas de quoi effrayer le camp servettien, toutefois. «L’an dernier, nous avions perdu tous nos matches de préparation, alors qu’Aarau avait gagné tous les siens. Ça ne nous avait pas empêchés d’aller les battre d’entrée là-bas (0-2)», prévient le milieu de terrain Sébastien Wüthrich. Et tout le monde connaît la suite.

Des besoins bien ciblés

«Pour moi c’est toujours l’occasion de faire une revue d’effectif, reprend coach Geiger. Mais ça ne dit pas grand-chose d’équipes qui jouent une mi-temps avec onze joueurs et la seconde avec onze autres.» A quelques heures d’un dernier amical à Bourgoin-Jallieu (F) face à l’Olympique Lyonnais, samedi, l’entraîneur a-t-il déjà en tête un «onze» de base? «Non, ce sont des choses qui vont encore évoluer. Jouer avec une même équipe-type, ça veut généralement dire qu’on domine. Or nous ne sommes pas en position d’aborder les choses ainsi. On nous imposera parfois aussi le jeu. Je vais avoir besoin de tout le monde en Super League. De 22 joueurs équilibrés. Il y aura des rotations. Les nouveaux joueurs qui sont arrivés (ndlr: Ondua, Sasso, Gonçalves) répondent à des besoins bien ciblés.»

«Le coach essaie des choses avec plusieurs formations, observe Sébastien Wüthrich. La saison dernière, on avait eu beaucoup de succès avec notre 4-4-2 en losange très offensif. Ça marchait très bien, donc ça donne envie de poursuivre. Mais peut-on le risquer en Super League? On sait qu’à ce niveau, il faut être solide défensivement. Et peut-être qu’on devra parfois verrouiller un peu plus. Donc on a aussi essayé de jouer à trois derrière, pour avoir de la flexibilité.»

«Le but, c’est d’abord de se sauver»

Pour disposer des meilleures chances possibles d’atteindre son objectif de maintien dans l’élite, Alain Geiger compte engager encore deux renforts. «J’aimerais encore un milieu de terrain et un attaquant de bon gabarit pour peser un peu plus devant. A ce niveau de jeu, il faut avoir une vraie force offensive et nous ne l’avons pas encore complètement. Il faudrait un gars sur qui on peut s’appuyer. Une plaque tournante.» Mais il faudra attendre encore un peu avant de voir débarquer l’homme recherché. «C’est compliqué, parce que personne ne veut signer avant la dernière minute, au cas où d’autres offres se présenteraient. Et bien sûr, le prix change lorsqu’on convoite un attaquant. C’est généralement plus cher», rappelle le coach, qui aurait logiquement aimé disposer d’un effectif complet à temps pour la reprise.

Pour Wüthrich, le groupe a déjà de quoi être solide, mais le collectif «grenat» refuse de se voir trop beau trop vite. «On vient de loin. On va y aller pas à pas. On ne va pas arriver et dire tout de suite qu'on veut être troisièmes», glisse le milieu de terrain, qui estime qu’à terme, le SFC a les moyens de s’inscrire en troisième force du pays. «Tant mieux si on y arrive et qu’on se rapproche un peu de Young Boys et Bâle, mais ce n’est pas le but. Le but, c’est de se sauver. On ne veut pas tout mettre en l’air. Mais si à Noël on voit qu’on a pu poser le jeu qu’on voudrait, peut-être qu’on pourra avoir d’autres ambitions. L’important, c’est que la direction a bien la tête sur les épaules.»

Surfer sur cette dynamique

Le fait de se déplacer à Berne, puis de recevoir Sion lors de la deuxième journée, peut-il jouer un rôle important dans l’entame de la saison genevoise? «Ce qui est sûr, c’est qu’on sera tout de suite au parfum, relève Geiger. YB, c’est une équipe qui a joué la Champions League et battu la Juventus à la maison. Donc c’est une double marche que nous allons franchir! Mais je pense qu’il faudra attendre cinq ou six journées avant d’en savoir un peu plus sur notre situation.»

Un laps de temps durant lequel les Servettiens espèrent avoir un peu pris le pli de l’échelon supérieur. «En Challenge League, nous avions bien apprivoisé le paramètre du rythme de la compétition. On maîtrisait. La question sera de savoir combien de temps il nous faudra pour en faire de même en Super League», anticipe le chef d’orchestre, qui n’oublie pas de rappeler que le football reste un jeu. «Le petit défi que nous nous sommes fixés avec l’équipe, c’est de maintenir le plaisir de la promotion. On veut surfer sur cette dynamique et ne pas baisser de niveau en ce qui concerne notre état d’esprit.»

Créé: 12.07.2019, 11h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.