Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 11:18

Football Malgré la bière, les fans anglais se tiennent bien

Les supporters britanniques sont environ 20 000 à s'être rendus à Guimaraes ce jeudi. Immersion.

A quelques heures du match, les fans anglais sont plutôt joyeux.

A quelques heures du match, les fans anglais sont plutôt joyeux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Combien on est? J'en ai aucune idée, mon pote!» James est supporter de Walsall, c'est écrit sur le drapeau qu'il porte fièrement à la taille, mais James est surtout là pour les trois lions, comme le montre ce vilain tatouage sur son mollet gauche. «Il est moche, hein? C'est un copain qui me l'a fait, il m'a dit qu'il était tatoueur, mais je crois qu'il m'a menti. Bon, je l'ai pas payé non plus.»

L'histoire de James est un peu étrange, mais personne n'est là pour le contredire et de toute façon, tout le monde s'en fout pas mal dans ce train bondé qui emmène le peuple anglais de Porto, où le 95% des fans des Three Lions sont basés pendant cette Ligue des Nations, à Guimaraes, où l'Angleterre va affronter les Pays-Bas ce jeudi soir.

6 euros pour l'aller-retour

Le Portugal a fait les choses en ordre, puisque les trains sont à prix très réduit entre les deux villes les jours de match. 6 euros pour l'aller-retour, voilà qui a de l'allure, sans cependant aller jusqu'à la gratuité complète des transports russes pendant la Coupe du monde. Les autorités portugaises sont fières d'organiser ce «final four», mais sont tout de même un peu méfiantes puisque pas moins de 9000 policiers ont été mobilisés pendant cette semaine anglaise, si l'on ose dire.

Les forces de l'ordre ont déjà eu du travail mercredi à Porto, avant Suisse-Portugal, des supporters anglais ayant décidé d'étaler leur intelligence au grand jour. James le sait, lui et les siens n'ont pas bonne réputation. «Je ne veux pas jouer à l'ange, je sais aussi être très bête quand j'ai trop bu. Mais on essaie de bien se comporter tout de même», explique-t-il en finissant sa Super Bock et en la jetant dans la poubelle du train, tel un brave et bien éduqué supporter emmentalois.

Une tête qui supporte mal le soleil

James est venu avec un groupe d'amis, dont l'un supporte Birmingham City, personne ne sachant très bien pourquoi et lui non plus. «Mais on est là pour l'Angleterre, même si on aime bien afficher nos couleurs quand on se déplace. Nous ne sommes pas des chasseurs de gloire. Moi, Manchester City, Liverpool, tout ça, ça m'est égal. Ils peuvent gagner dix fois la Champions League, je ne regarderai pas leurs matches. Ce que j'aime, c'est aller voir mon équipe et voyager avec l'Angleterre», explique Roy, qui a une tête à mal supporter le soleil.

Heureusement pour lui, il pleut en ce jeudi au Portugal, ce qui n'arrange cependant pas les affaires du groupe d'amis, tous portant élégamment le «combo officiel» short-maillot de foot. «On a pas pris de pantalons, on était sûrs qu'il ferait beau. Tant pis»; continue l'un d'eux en piochant allègrement dans le carton de 24 Super Bock,qui aura tout de même tenu les 50 minutes de trajet entre Porto et Guimaraes.

En arrivant à la gare de Guimaraes, cinq bonnes heures avant le match, voilà que se présentent dès la sortie du quai deux membres de la très officielle «Football Supporters Association», l'organisme chapeautant les supporters anglais. Ils distribuent le fanzine «Free lions» et sont... applaudis par les fans, pour une raison de prime abord assez obscure.

«Ce n'est plus comme dans les années 80»

Un homme surnommé «Silver» nous explique pourquoi. «En fait, on aime leur boulot. Les fans anglais doivent changer de comportement. Il y a eu trop d'incidents par le passé. Eux, ils œuvrent pour que ça se passe bien. Franchement, il y a de temps en temps des petits soucis, mais la dernière fois que vous avez vraiment entendu parler de nous, c'est parce que les hooligans russes nous ont attaqué en 2016 à Marseille. Ce n'est plus comme dans les années 80», explique le cinquantenaire, crâne rasé, cou de taureau avec les plis réglementaires à sa base, tatouages sur les deux avant-bras.

Les Anglais sont partout en ce jeudi après-midi. Renseignements pris auprès de la «Football Supporters Association», ils seraient plus de 20'000 à être présents au Portugal, alors que la capacité du stade de Guimaraes n'est que de 26'000 places et que le contingent pour les Anglais est de 10'000 unités.

Peu de Néerlandais

Pas grave, les fans anglais ont acheté des billets dans les autres secteurs. Fait étonnant: il n'y a que très peu de Néerlandais en ville de Guimaraes plusieurs heures avant le match. Les Anglais, eux, ont pris possession de la ville de manière très impressionnante mais complètement pacifique pour l'instant.

Les chants se multiplient, dont le très joli «Don't take me home» et ceux se référant au passé, dont le fameux «There were ten german bombers in the air», sont totalement absents. Une dizaine de fans déguisés en chevalier des croisades se font certes apercevoir, comme pour bien souligner que l'esprit de conquête anglais est toujours présent, mais l'atmosphère est vraiment à la bonne humeur en ce jeudi. Et une chose est sûre: il pleut des litres de bière. Les commerçants et cafetiers de Guimaraes garderont un excellent souvenir du passage de la horde, pour autant que ses membres continuent à aussi bien se tenir.

Créé: 06.06.2019, 18h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.