Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:57

Football L'insupportable contradiction par principe

Dès le début de la Coupe du monde féminine, une frange indéfinie de la population pense important de dire que ce n'est pas bien ou que c'est mieux. Juste par principe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis une semaine, on a ceux qui découvrent le foot féminin et qui s'en sont fait une idée définitive en deux matches. Dans un sens comme dans l'autre. On a aussi ceux qui trouvent ça tellement formidable qu'il leur faut dénigrer les autres sports ou la même discipline au masculin. Un besoin d'exister absolu est, semble-t-il, rendu nécessaire par les cartons d'audience que réussit le début de la compétition. Ça doit être fait pour ça, les réseaux sociaux… Et ça en devient insupportable.

Vous les connaissez, ces personnes qui sont heureuses de partager sur les réseaux sociaux des petits montages de rugbymen qui se montent sur la tronche, avant d'aller en boire deux ensemble lors de la troisième mi-temps. Vous savez pertinemment qui va faire suivre une vidéo de hockeyeur à moitié dans le coma, qui continue malgré tout de patiner alors que le sang lui coule des arcades et avec un bout d'oreille qui pend. Tout ça pour dire à quel point l'odieux footballeur est riche, douillet, tricheur et bizarrement coiffé. Avouez que vous voyez ce dont je veux parler. Si, si, je vous vois sourire derrière votre écran.

Eh bien depuis vendredi dernier et l'ouverture de la Coupe du monde féminine en France, une intelligentsia de néo-spécialistes autoproclamés de sociologie et d'étude de genres dans le football a décidé de théoriser sur le football féminin. Alors que les filles (se) régalent sur le pré et réalisent d'impensables chiffres d'audience, que ce soit dans le pays hôte ou outre-Manche, sur les réseaux sociaux ou dans les discussions de bistrot, on préfère s'opposer par principe et fierté mal placée, plutôt que d'apprécier cette jolie révélation populaire.

D'un côté, on se réjouit de voir un football moins calculateur et différent de celui tout pourri par l'argent de ces messieurs qui brassent des milliards. Sans oublier ces braves femmes qui ont le bon goût de ne pas se rouler par terre et de ne surtout jamais réclamer auprès des arbitres. Tout en n'oubliant pas de s'offusquer du peu de revenus de ces dames en comparaison du diable à cuissettes.

Dans l'autre sens, certains raillent la technique frustre de certaines, le niveau terrible de certaines gardiennes et l'énorme disparité de niveaux entre les 24 formations présentes dans l'Hexagone. Les USA ont mis 13-0 aux Thaïlandaises? Et puis? La Suisse en a bien mis neuf à l'Italie au Mondial de hockey et ça n'a même pas fait friser une moustache à René Fasel. Alors oui, des juniors garçons se baladent contre des sélections féminines, et alors? Je peux vous assurer que les espoirs de Xamax n'ont absolument aucune chance de remporter un jour un Mondial féminin.

Alors on fait tous un truc pendant un mois, les amis, OK? Ceux que ça intéresse en profitent le temps que ça dure, sans venir expliquer un sport qu'ils ne connaissaient pas six jours plus tôt à ceux qui s'en fichent et dont ils se ficheront à leur tour dès que Wimbledon et le Tour de France auront débuté. En contrepartie, ceux que le Mondial féminin n'intéresse pas ne viennent pas faire des théories sur quelque chose qui ne les… intéresse pas.

Comme ça, on passera tous de meilleurs moments et j'arrêterai de m'énerver pour rien.

Créé: 13.06.2019, 13h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.