Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 20:21

Football Les joueurs du FC Sion en Saint-Nicolas

Le staff, le président et quatre joueurs ont apporté de la joie aux enfants malades de l'hôpital cantonal valaisan.

Quentin Maceiras et trois de ses coéquipiers ont offert des bandes dessinées et divers cadeaux aux enfants.

Quentin Maceiras et trois de ses coéquipiers ont offert des bandes dessinées et divers cadeaux aux enfants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Hey, mais je vous reconnais! Vous êtes le médecin qui m'a opéré à la jambe il y a sept ou huit ans!», s'exclame Quentin Maceiras en apercevant un praticien en blouse blanche. Le latéral droit du FC Sion a une bonne mémoire, même si le docteur ne se rappelle quant à lui pas du passage du footballeur. «Je suis désolé, mais on voit tellement de patients et je ne connais pas bien le football... Mais votre jambe va bien? C'est celle qui vous sert à marquer des buts?», demande le médecin, provoquant les rires du défenseur. «Non, c'est l'autre, celle qui fait les mauvaises passes», répond Quentin Maceiras, tout en auto-dérision.

Si le Valaisan et trois de ses coéquipiers (Bastien Toma, Kevin Fickentscher et Bruno Morgado) se sont rendus à l'Hôpital de Sion ce jeudi en fin de journée, ce n'était pas pour y subir une intervention chirurgicale, mais bien pour apporter un peu de sourire aux enfants malades. «Il y a des choses que les médicaments ne peuvent pas soigner, ou pas toujours. Lorsque vous allez entrer dans les chambres, vous allez voir le visage de ces enfants s'illuminer», avait prévenu le docteur Simon Kayemba-Kay's, chef du service pédiatrique. Les footballeurs ont fait leur devoir, avec une sincérité et une humilité parfois très touchantes, offrant des bandes dessinées (financées par le FC Sion pour répondre à la demande d'Alain Carrupt, de l'association Boule à zéro) et divers petits cadeaux, dont des posters dédicacés.

Christian Constantin, docteur en psychologie

Mais la vraie star était bien sûr, comme toujours, le président du club valaisan. Il a ainsi «retourné» en quelques minutes une adolescente de fort mauvaise humeur au début de la visite. Faisant preuve d'énormément de psychologie, Christian Constantin a ramené le sourire sur le visage de la jeune fille au moyen de quelques phrases bien senties et de beaucoup d'empathie. «Vous devriez venir plus souvent, vous êtes vraiment doué!», l'a complimenté le docteur Kayemba-Kay's, admiratif. Murat Yakin et ses adjoints Marco Otero et Christian Zermatten étaient également présents, tout comme le directeur sportif Barthélémy Constantin.

Les joueurs et le staff du FC Sion n'ont pas ménagé leurs efforts, restant quasiment une heure au quatrième étage, allant à la rencontre de chaque enfant en faisant la demande. «C'est important et c'est aussi notre rôle», a glissé Kevin Fickentscher, tandis que Christian Constantin a simplement souligné qu'il était «tout à fait normal de répondre favorablement à une demande faite en faveur des enfants». Le docteur Kayemba-Kay's a apprécié le geste: «C'est Noël avant l'heure, tout simplement».

Le FC Sion a donc honoré la Saint-Nicolas d'une manière élégante et désintéressée, qui a fait plaisir à tout un étage et apporté un peu de sourire aux enfants malades. Mission accomplie.

(Le Matin)

Créé: 06.12.2018, 18h15

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.