Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 16:16

Football «Kalle» Rummenigge pique une grosse colère

Le patron du Bayern Munich n’a que peu goûté, ou même pas du tout, aux propos des dirigeants de sa Fédération, qu’il s’est chargé de remettre à leur place.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Transformée en véritable laboratoir, la Bundesliga a repris tout en douceur ce week-end, avec des éclats de voix égarés dans des stades muets. Cela n’a pas empêché non plus quelques polémiques de naître, à l’instar de la passe d’arme verbale entre Karl-Heinz Rummenigge, le patron du Bayern Munich, et les dirigeants de la Fédération allemande. «Peut-être devrait-on acheter un balais à la DFB pour balayer devant sa porte et dans toute la maison», a tonné le président bavarois, interrogé sur Sky en marge de la victoire 2-0 du leader à Berlin face à Union.

A l’origine de la très grosse colère de l’ancien joueur du Servette FC, les déclarations jugées particulièrement maladroites de Fritz Keller au Spiegel, déclarations dans lesquelles il avait exigé plus d’humilité des stars et des clubs concernés. «On voit maintenant ce qui se passe quand les nouveaux riches jouent avec leur argent dans notre sport. C’est une catastrophe pour l’image du football. Nous devons y faire face, en étant plus près du peuple et de son désespoir.»

Et pour forcer davantage le trait et surtout en remettre une couche, Friedrich Curtius, secrétaire général de la puissante Fédération allemande, y est lui aussi allé de son couplet. «La crise du Covid-19 agit comme un révélateur, tous les problèmes du football s’accentuent en même temps, tous les excès refont surface, comme les steaks en or que certains joueurs se sont offerts, les 222 millions du transfert de Neymar, etc. Les gens ne comprennent plus ce monde qui n’est pas le leur, surtout maintenant au moment où chacun craint pour son travail et sa santé.»

Des critiques qui ont fait bondir «Kalle» Rummenigge, dont la contre-attaque n’a pas tardé, et qu'il ne faut manifestement pas trop titiller. «Si nous avions eu une crise dans le football allemand au cours des dernières années, elle se trouverait au sein de la DFB, et non ailleurs, a-t-il aussitôt taclé. Je serais heureux si la Fédération faisait simplement son travail…» Et l’ancien footballeur de renvoyer la balle à ses expéditeurs. «On ne sait toujours pas quand la 3e division pourra reprendre, pareil au niveau de la Bundesliga féminine. Je pense que ce serait un bon travail pour la Fédération. Il est maintenant important que les autres puissent emboîter le pas. Ce serait bien si la DFB ne se souvenait pas seulement des exemples négatifs.»

Rummenigge 1, DFB 0. On attend le match retour...

Créé: 18.05.2020, 18h57

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.