Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 11:52

Football L’égalité, c’est de critiquer tout pareil si «iel est nul·le»

«Iel est nul·le!», doit pouvoir se dire. Ce sera sans doute là l’une des plus belles leçons à tirer de cette Coupe du monde 2019.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lundi dernier, l’équipe de France féminine s’est imposée 1-0 contre le Nigéria, au terme d’un match ennuyeux au possible et qui a basculé sur un penalty, à retirer, dicté en prime par l’arbitre-vidéo. Du coup, comme tout bon journaliste – et il en est assurément un excellent –, Vincent Duluc a sorti sa cisaille pour qualifier la prestation des Bleues: «une victoire honteuse», «une première période terrifiante de faiblesse et d’ennui», «une bouillie»…

Tous ceux qui ont eu la malchance – dix millions de Français tout de même… – de regarder cette rencontre avec des yeux honnêtes – là peut-être un peu moins de dix millions quand même – vous le diront: le reporter de l’Equipe a eu bien raison, c’était vraiment horrible à voir. Sauf que voilà, en 2019, il n’est pas de bon ton d’avoir l’outrecuidance de critiquer un match de football féminin. Alors en bon représentant du diffuseur TF1 et en partant les deux pieds en avant dans l’ultra-politiquement correct sans sourciller, Denis Brogniart s’est offusqué le soir d’après dans l’émission «C à vous», sur France 5.

«C’est marrant parce que je pense que sur un match identique de la part des garçons, il n’y aurait absolument pas eu ce genre de propos, a d’abord estimé Monsieur Koh-Lanta. C’est vrai que le match n’était pas bon, mais aller jusque-là… Jamais une équipe féminine n’avait remporté ses trois matches de poule. Ce n’est pas brillant, mais la qualification est acquise, c’est important de le dire». Tout le monde l’a dit, rassurez-vous, mais il est incroyable d’entendre l’horrible: «sur un match identique de la part des garçons, il n’y aurait absolument pas eu ce genre de propos.»

Non seulement parce que c’est faux – Et Vincent Duluc l’a très justement répondu dans un tweet –, mais aussi parce que cela voudrait dire que les Françaises qui font 1-0 contre le Nigéria sans rien montrer et qui marquent grâce à l’intervention du St-Esprit (ou du VAR) sont moins critiquables que les Français qui font 0-0, une année avant, contre le Danemark dans l’exacte même configuration et toujours sans rien montrer, mais sans marquer. Je peux vous en parler, j’y étais à Luzhniki et j’ai presque souhaité mourir.

Les «médiocrité», «ennui», «une équipe qui joue mal» et «spectacle navrant et pathétique» de la campagne de Russie de ces messieurs 2018 seraient donc «moins graves» que les «victoire honteuse», «première période terrifiante de faiblesse et d’ennui» et «bouillie» de ces dames en 2019? En aucun cas et le vrai sexisme est pile là. Vouloir faire différemment «parce que ce sont des femmes» est intolérable aussi bien journalistiquement que dans la vie de tous les jours.

Alors on doit pouvoir dire qu’ «il est nul», qu’«elle est nulle» ou même «iel est nul·le» et «iels sont nul·le·s» – même si l’écriture inclusive, c’est le mal – tant qu’on veut. Qu’on soit une ou un journaliste, à propos d’un·e joueur·se de football masculin ou féminin. Enfin, pour autant que selon ce qu’on a vu depuis la tribune, «iel» ait réellement été «nul·le», bien entendu. Oh pis je me suis perdu avec tous ces · au milieu des mots…

Créé: 20.06.2019, 14h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.