Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:55

Football Ils lancent l’appel du 29 avril pour sauver Servette

A Genève, un «comité citoyen» s’est créé dans le but de sauver le club «grenat» avant qu’il ne soit trop tard. Didier Fischer, l’un de ses fondateurs, détaille le projet.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que Servette doit dans l’urgence trouver plusieurs millions de francs - sans doute au moins 4,5 - pour éviter une nouvelle faillite, plusieurs personnalités genevoises ont décidé de monter au front.

Elles l’ont fait à travers l’officielle constitution d’un «Comité citoyen pour le soutien du Servette FC», un mouvement fondé par MM. Jacques Jeannerat, directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie du bout du lac, Didier Fischer, président de la Cave de Genève et du club 1890 (club de soutien au SFC) et Jean-Philippe Rapp, directeur du Forum international des médias nord sud (déjà très impliqué lors de l’arrivée de Hugh Quennec à la Praille).

Noble objectif des initiants tel qu’il a été dévoilé dans la Tribune: sauver ni plus ni moins que Servette, peu importe après tout comment - on pourrait même imaginer une capitalisation de la Fondation.

«Nous voulons amorcer la pompe, ont expliqué les fondateurs du mouvement. Parce que nous connaissons des personnalités qui seraient prêtes à soutenir ce club et ce qu’il représente. Mais pour certaines, elles attendent un premier signe positif avant de se lancer. Alors nous voulons le déclencher. Notre but est de sauver Servette. Pas Quennec, pas la première équipe seulement, mais l’ensemble du club...»

Une quarantaine de Genevois ont déjà rejoint le mouvement parmi lesquels Gilbert Guyot, Claude Haegi et John Dupraz.

A travers l’appel solennel du 29 avril, l’objectif du comité est bien sûr de récolter des fonds face à l’urgence financière de la situation. «Dans l’idéal, détaille Didier Fischer, si nous trouvions 100 personnes prêtes à mettre chacune 100 000 francs, ce serait extraordinaire. Avec 50, cela suffirait déjà. Mais tout le monde peut aider, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues...»

Trouver des fonds

Depuis le lancement de leur action, les trois hommes croulent sous les sollicitations, confirmant l’intérêt des Genevois à ne pas laisser mourir leur club.

«Les gens nous disent souvent oui mais... Ils sont d’accord d’aider financièrement Servette mais ils aimeraient plus de transparence. Je crois savoir que le président Quennec est dorénavant prêt à ouvrir le capital du club, à montrer les comptes, ce que beaucoup d’investisseurs potentiels réclament. Cela évitera que tout le monde se regarde un peu en chiens de faïence comme ces derniers mois...»

Au moment où des privés se déclarent prêts à se mobiliser, l’Etat reste au second plan. Serait-ce aussi à lui, aux pouvoirs publics, d’intervenir? «Un signal fort pourrait créer un effet boule de neige, répond M. Fischer. L’Etat répète sans cesse son attachement au Servette, à la dimension sociale que représente le club. Aujourd’hui, le vrai attachement consisterait à mettre des fonds à disposition, à travers la Fondation du Stade par exemple...»

Pour rappel, Servette doit trouver près de 5 millions de francs avant la date fatidique du 1er juin. Après, il sera trop tard.

Créé: 29.04.2015, 08h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.