Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 18:58

Football Quand Lucien Favre brillait sur le banc des Charmilles

Avec Servette, le Vaudois avait signé une mémorable épopée européenne qui s’était terminée contre Valence. Dix-sept ans plus tard, l’ancien coach «grenat» espère aller beaucoup plus loin avec Dortmund.

Arrivé en l'an 2000 au Servette FC, Lucien Favre était resté aux Charmilles jusqu'en 2002. Il avait ensuite rejoint Zurich avant de s'engager avec Hertha Berlin en 2007.

Arrivé en l'an 2000 au Servette FC, Lucien Favre était resté aux Charmilles jusqu'en 2002. Il avait ensuite rejoint Zurich avant de s'engager avec Hertha Berlin en 2007. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mercredi soir, Lucien Favre et Borussia Dortmund joueront à Wembley contre Tottenham, un huitième de finale de Ligue des champions relativement incertain quant à son issue. Dans sa magnifique carrière, l’entraîneur vaudois du leader de la Bundesliga a déjà multiplié les expériences européennes, que cela soit avec Zurich, Hertha Berlin, Mönchengladbach ou encore Nice, mais ce n’est que la deuxième fois qu’il se retrouve encore engagé à ce niveau après Noël et la pause hivernale.

La première fois, c’était avec Servette, en Coupe de l’UEFA, lors de l’extraordinaire épopée des «grenat» lors de la saison 2001-2002. En tant que vainqueur de la Coupe de Suisse (3-0 contre Yverdon), le club des Charmilles avait alors successivement éliminé Slavia Prague (1-0, 1-1), Real Saragosse (0-0, 0-1) et surtout Hertha Berlin (0-0, 0-3) pour obtenir le droit de défier le grand Valence de Rafa Benitez au sortir de l’hiver, au stade des huitièmes de finale.

«On avait une magnifique équipe et l’on avait surtout rien à perdre, se souvient Johann Lonfat (45 ans). Quand on a sorti les Espagnols, ils venaient de battre le Real Madrid. Sans doute nous avaient-ils pris un peu de haut.» Pareil le tour suivant lorsque Servette avait réussi l’exploit d’humilier Hertha 3-0 sur sa pelouse de l’Olympiastadion le 6 décembre 2001 grâce à des buts de Hilton (16e), Frei (48e) et Obradovic (69e), après avoir fait match nul à l'aller (0-0).

Un retentissant succès facilité aussi par la rapide expulsion du Hollandais Van Burik (17e). Mais déjà la patte de Lucien Favre, qui avait préparé son coup dans les moindres détails, se faisait sentir. Lonfat: «Lucien avait déjà ça en lui. Il n’y a pas plus rigoureux et méticuleux que lui. Il avait chaque fois su parfaitement s’adapter à l’opposant. Je ne pense pas que nos adversaires successifs avaient les mêmes connaissances que nous d’eux.» A l’époque, l’Europe entière avait découvert les principes de Favre.

En février 2002, Servette était tombé devant Valence, qui avait remporté 3-0 la première manche disputée en Espagne, à Mestalla (autogoal de Hilton, Aimar et Salva) avant de partager l’enjeu aux Charmilles (2-2, buts genevois signés Robert et Frei). «C’était notre premier match de l’année, reprend le Valaisan. Et cela avait mal tournée d’entrée… » Pédat, Jaquet, Fournier, Hilton, Londono, Wolf, Lonfat, Oruma, Claiton, Obradovic, Michkov (arrivé durant l’hiver), Robert et Frei figuraient notamment dans le contingent genevois. Actuel coach des M17 de Team Vaud, Oscar Londono (48 ans) n’a rien oublié de cette aventure servettienne réalisée sous la présidence de Christian Hervé et de Canal Plus. «On a grandi au fur et à mesure, en élevant chaque fois notre niveau de jeu. Avec Lucien, tout était réfléchi. Il avait choisi les joueurs en fonction de son système. Mon seul regret vient du match aller à Valence. A 1-0, on n’avait pas osé fermer le jeu. Et Robert avait manqué une immense occasion d’égaliser.»

Dix-sept ans plus tard, Lucien Favre, remis du virus grippal qui l'avait empêché de s'asseoir samedi sur le banc, espère logiquement aller beaucoup plus loin. «Dortmund a une belle carte à jouer. Entre deux équipes joueuses, on devrait voir des buts», pronostique Lonfat.

Créé: 12.02.2019, 17h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.