Dimanche 21 avril 2019 | Dernière mise à jour 22:15

Football Magnin: «Montrer que ce n’était pas qu'un coup de bol»

À la tête du FC Zurich, Ludovic Magnin retrouve l’Allemagne, pays dans lequel il a fêté deux titres de champion. Il est prêt à signer un nouvel exploit ce jeudi soir (21h).

Ludovic Magnin lors du match aller contre le Bayer Leverkusen, à Zurich.

Ludovic Magnin lors du match aller contre le Bayer Leverkusen, à Zurich. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a deux semaines, le FC Zurich de Ludovic Magnin avait signé un retentissant exploit en s’imposant 3-2 contre le Bayer Leverkusen, prenant ainsi seul la tête du groupe A de Ligue Europa. Il est désormais à deux doigts d’assurer sa qualification pour les 16es de finale, en février prochain. «On a trois balles de match devant nous, mais on veut concrétiser la première le plus vite possible», explique l’entraîneur de 39 ans, à la veille du voyage de son équipe en direction de Leverkusen.

Surtout, le Vaudois espère que son équipe réussira à confirmer sa victoire du match aller. «Beaucoup pensent qu’on a déjà fait un miracle lors du premier match, on veut leur montrer que ce n’était pas seulement un coup de bol d’un soir. Si on a réussi à gagner à la maison, pourquoi ne serait-on pas capable de rééditer cet exploit à l’extérieur?»

Sauf que le Bayer Leverkusen aura à cœur de laver l’affront du Letzigrund. «Il est clair que, chez lui et face à une équipe suisse, le Bayer aura l’obligation de prendre le jeu à son compte et de gagner, admet Magnin. Il n’aura pas le droit à l’erreur. Mais je sens que mon équipe a progressé, qu’elle a mûri. Mes joueurs sont en train de remarquer qu’ils ont plein de possibilités qu’ils peuvent appliquer: ils sont capables de dominer et de garder le ballon, mais ils savent aussi subir avec intelligence; ils peuvent presser haut, mais également défendre bas. Il s’agira de trouver le bon mix.»

«L’Allemagne, mon deuxième pays»

Ludovic Magnin, qui a joué en Bundesliga pendant sept ans (au Werder Brême de 2002 à 2005, puis au VfB Stuttgart jusqu’en 2009), se réjouit de retrouver l’Allemagne à la tête du FCZ. «L’Allemagne, c’est mon deuxième pays. J’y ai passé une grande partie de ma vie et j’ai eu la chance d’y célébrer deux titres (ndlr: en 2004 avec Werder Brême, puis en 2007 avec Stuttgart). Alors revenir à Leverkusen, même si je n’ai pas joué au Bayer, c’est quelque chose de spécial.»

Ludovic Magnin ne sera donc pas trop dépaysé à la BayArena. «Je connais l’ambiance du stade, confirme-t-il. Je sais ce que l’on ressent quand on est dominé pendant nonante minutes, mais je sais aussi ce qu’il faut faire pour calmer les ardeurs du Bayer.» Ce ne sera peut-être pas le moindre des atouts du FC Zurich, ce jeudi soir (21h)

(nxp)

Créé: 08.11.2018, 14h00

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.