Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:06

Football Un match à gagner absolument pour la Suisse

L'équipe de Petkovic n’a pas le choix: elle doit s’imposer ce lundi soir à Reykjavik, sous peine de vivre une semaine inintéressante en novembre.

Dimanche, les joueurs suisses ont apprivoisé le curieux stade Laugardalsvöllur de Reykjavik. Ce lundi soir, ils doivent y forcer la décision.

Dimanche, les joueurs suisses ont apprivoisé le curieux stade Laugardalsvöllur de Reykjavik. Ce lundi soir, ils doivent y forcer la décision. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les supporters suisses étaient 60 à Leicester, ils seront environ 650 ce lundi soir à Reykjavik. Une belle affluence pour un match du lundi soir à l’extérieur, qui s’explique sans doute par le côté très attractif de l’Islande, un coin objectivement plus agréable pour le tourisme que les Midlands, en tout cas pour celui qui préfère les beautés d’une nature intacte aux poubelles éventrées en bordure d’une route défoncée par les nids-de-poule.

L’Islande et ses charmes accueillent donc les internationaux suisses, qui avaient bien su faire le boulot (victoire 0-2) en juin 2017 aux Îles Féroé, cet agglomérat d’îles splendides. Malgré l’éblouissement permanent, les hommes de Vladimir Petkovic s’étaient imposés au terme d’un match très bien maîtrisé, mais il est juste de dire que les Féringiens sont en tous points inférieurs aux solides Islandais, une sélection qui s’est imposée cette dernière année comme faisant partie des meilleures en Europe.

Quart de finaliste de l’Euro 2016, participante à la Coupe du monde 2018, l’Islande n’est pas une des nouvelles puissances du jeu de ballon, mais elle en est devenue l’une des équipes face auxquelles il est plus courant de perdre que de gagner, ce qui n’est pas donné à tout le monde quand même.

Viser la première place

Les joueurs suisses ne sont de toute façon pas là pour faire du tourisme, contrairement à leurs 650 supporters. Directement après le match, ils pourront repenser à leur quotidien en club, mais avant de monter dans l’avion, il y a une mission à effectuer: gagner à Reykjavik.

Un match nul aurait une vertu: il officialiserait le maintien de la Suisse dans la division A de la Ligue des Nations, et donc la relégation islandaise. Accessoirement, il permettrait également à la Nati d’être tête de série pour le tirage au sort des éliminatoires de l’Euro 2020, qui aura lieu le 2 décembre.

Mais la Suisse ne peut pas se permettre de repartir d’Islande avec un nul, même si les Strakarnir Okkar sont difficiles à manier chez eux. Car une victoire est nécessaire pour viser la première place du groupe et faire en sorte que le rassemblement de novembre ait une quelconque utilité.

Sinon, le match amical face au Qatar, à Lugano, et la réception de la Belgique, à Lucerne, seront deux matches sans aucune obligation de résultat, tout au bout d’une année qui aura été éreintante. Le public ne sera pas au rendez-vous, ou moins. Et il est permis de penser que les joueurs majeurs ne seront pas tous surmotivés à l’idée de ce stage de novembre, alors que des échéances importantes les attendront en club. Des blessures «diplomatiques» pourraient alors surgir, alors que l’enjeu de jouer pour la première place du groupe, en battant la Belgique, serait suffisant pour mobiliser tout le monde, des cadres aux supporters.

Pour tout le monde, de la Fédération au staff, il est ainsi préférable que la victoire soit au rendez-vous ce lundi soir à Reykjavik.

Créé: 15.10.2018, 16h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.