Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 08:32

Football Michel Platini: «Infantino n’est pas crédible»

Quatre mois avant la fin de sa suspension, l’ancien président de l’UEFA a fait le point sur sa situation, mais pas que… Et cela deux jours avant le Congrès de la FIFA qui doit réélire Gianni Infantino.

Michel Platini est déterminé à faire la lumière sur ce qu’il considère comme un «complot pour l’empêcher de devenir président de la FIFA».

Michel Platini est déterminé à faire la lumière sur ce qu’il considère comme un «complot pour l’empêcher de devenir président de la FIFA». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Michel Platini ne sait pas encore ce qu’il fera le 10 octobre, lorsque sa suspension de quatre ans sera terminée. C’est qu’il a affirmé à plusieurs médias européens (France, Suisse, Italie, Angleterre, Espagne et Portugal) ce lundi à Paris, dans un hôtel situé au pied de la Tour Eiffel.

Mais dans l’immédiat, l’ancien président de l’UEFA est plus que jamais déterminé à faire la lumière sur ce qu’il considère comme un «complot pour l’empêcher de devenir président de la FIFA». Outre une plainte pour association de malfaiteurs contre X en vue de commettre un délit de dénonciation calomnieuse déposée en France, et une devant la Cour des droits de l’homme à Strasbourg, deux sont ouvertes en Suisse: à Zurich contre Andreas Bantel, ancien porte-parole de la commission d’éthique et une autre auprès de l’Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération qui vise André Marty, le porte-parole du MPC.

«Je veux être blanchi»

«J’attaque tous ceux qui sont à l’origine d’un complot pour que je ne sois pas président de la FIFA et qui ont utilisé le mensonge et la calomnie,» a lancé le Français. Quant à savoir qui est à l’origine du complot, il répond: «J’ai des idées, mais je n’ai pas de preuves précises. C’est pour cela que j’ai déposé une plainte contre X. Parce que je veux savoir. (…) Il a suffi de cinq secondes pour m’accuser, mais pour faire la vérité, il faut des années. Mon combat n’est pas contre ma suspension. Et le 10 octobre, quand elle sera terminée, je ne serai pas plus heureux qu’aujourd’hui. Ce que je veux, c’est être blanchi.»

La réapparition médiatique de Michel Platini, la première depuis 2015, intervient deux jours avant le Congrès de la FIFA, qui se réunira à Paris mercredi pour réélire Gianni Infantino à sa présidence. En 2015, lorsque Michel Platini avait dû renoncer à briguer la succession de Sepp Blatter parce que suspendu, Gianni Infantino, alors secrétaire général de l’UEFA et bras-droit du Français, s’était lancé dans la course jusqu’à être élu en février 2016.

«Il aurait été parfait comme secrétaire général»

A propos de cette transmission de témoin, Michel Platini avoue aujourd’hui «avoir été surpris» quand Gianni Infantino était venu dans son bureau de Nyon avec l’Espagnol Angel Maria Villar pour lui annoncer qu’il se lancerait avec le soutien de l’UEFA. «J’étais surpris parce qu’il n’a aucune légitimité et n’est pas crédible en tant que président. Pourquoi? Je suis sûr que c’est un très bon juriste et un très bon secrétaire général. Mais comment quelqu’un qui a critiqué, qui a vomi durant 10 ans, tous les jours, la FIFA, peut-il se présenter à sa présidence? Comment quelqu’un qui n’aime pas le football féminin, comme il l’affirmait, peut-il en faire aujourd’hui la promotion? Pour moi, il n’est pas crédible comme président, mais comme secrétaire général, il aurait été parfait.»

Avant d’ajouter: «D’ailleurs, j’ai toujours milité pour que dans cette élection de 2016, il y ait une association Sheikh Salman du Bahreïn au poste de président de la FIFA, avec Gianni Infantino comme secrétaire général. J’ai essayé de lui dire.» Quant à savoir si son ancien secrétaire général aurait pu «comploter» contre lui, Michel Platini ne veut pas le penser: «Je n’imagine pas que Gianni Infantino ait pu faire quelque chose de négatif contre moi. Simplement parce qu’il m’avait aidé à recevoir beaucoup de lettres de soutien d’associations nationales pour ma candidature. J’en avais 150. Je pensais qu’il visait plutôt, à l’époque, la présidence de l’UEFA.» (nxp)

Créé: 03.06.2019, 12h50

Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.