Jeudi 17 octobre 2019 | Dernière mise à jour 12:43

FOOTBALL Naples salue Edinson Cavani et... encaisse le pactole

Le club italien a réalisé la bonne opération comptable du mercato avec la vente de l'Uruguayen au PSG. Son président l'a salué dans une lettre ouverte, entre tristesse et ironie.

Le passage d'Edinson Cavani au PSG va permettre à son ancien président d'augmenter son budget transferts.

Le passage d'Edinson Cavani au PSG va permettre à son ancien président d'augmenter son budget transferts. Image: AFP

La lette d'adieu d'Aurelio De Laurentiis, président du SSC Napoli

«Cher Edy, le jour que je n’aurais jamais voulu voir arriver est arrivé. Dès aujourd’hui, tu n’es plus notre Matador, mais l’un des joueurs du Paris St-Germain. J’ai espéré jusqu’au bout que tu changes d’avis, mais dans mon cœur j’avais déjà compris que tu ne l’aurais pas fait.

»Tu le sais, nous le savons, c’est une grande déception pour les supporters du Napoli, qui avaient vu en toi un motif de fierté. Avoir répondu chaque année à tes exigences pour te donner les primes adaptées à ton formidable investissement personnel n’a pas été suffisant, tout comme un contrat jusqu’en 2017 à tes conditions. Chacun fait ses choix et je ne t’en veux pas.

»J'espère aussi que les supporters du Napoli ne t’en veulent pas, car tu nous a offert 104 magnifiques buts et tant de journées de passion. Tu laisses un maillot et un peuple qui t’a aimé depuis le premier jour de ton arrivée, depuis cette soirée où tu t’es présenté en Suède avec un doublé qui nous avait tout de suite enthousiasmés (ndlr: le 26 août 2010, match retour du tour préliminaire de Ligue Europa contre l’Elfsborg, 0-2). C’était comme si tu avais voulu nous dire «Ayez confiance, je m’occupe de tout».

»Aujourd’hui, tu as choisi une grande ville et un club émergent. Mais je le répète, je ne t’en veux pas. Tu as fait ton choix. Nous te serons toujours reconnaissants et, qui sait, peut-être que nous nous retrouverons bientôt comme adversaires, amis, mais néanmoins adversaires. Ce sera une grande fête et ce sera fantastique d’essayer de te battre. Ciao mon ami. J’espère que tu as fait le bon choix.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

64,5 millions d’euros, plus de 77 millions de nos francs. Une coquette somme! D’un côté, la vente d’Edinson Cavani au PSG fait les choux gras du SSC Napoli. D’un autre côté, le club italien perd son buteur. En trois saison à l’ombre du Vésuve, «El Matador» a inscrit pas moins de 104 buts en 138 matches, toutes compétitions confondues. Alors, forcément, ce départ s’accompagne aussi de quelques regrets.

Il y a, bien sûr, ceux des supporters parthénopéens, dont la passion démesurée qu’ils investissent pour leur club de cœur n’est plus à conter. Cependant, Cavani n’ayant pas caché son désir de s’envoler vers des cieux économiquement plus intéressants, les tifosi s’étaient déjà résignés depuis plusieurs semaines. D’ailleurs, sur les murs de Naples et sur les divers réseaux sociaux, certains avaient même lancé des messages virulents à son encontre: «traître», le plus récurrent.

Une vente pour plus de transferts

Il y a, aussi, les regrets d’Aurelio De Laurentiis, le président du Napoli, qui les a exprimés hier dans une lettre ouverte adressée à Cavani sur le site officiel du club. Entre tristesse et ironie, il salue à sa manière le transfert record ce mercato et le plus cher de l’histoire du championnat français. Sans se faire prier lorsqu’il s’agit de lancer quelques piques à l’attention du joueur ou du PSG.

Mais la déception de voir partir son buteur sera sans doute vite oubliée par le pactole ainsi engrangé par le président napolitain. En effet, De Laurentiis a déclaré aujourd’hui qu’après cette vente, le montant destiné au mercato s’élève à 124,5 millions d’euro, de quoi faire rêver plus d’un président de Super League et d’ailleurs. Et de quoi satisfaire son nouveau prestigieux entraîneur Rafael Benitez.

Après les achats, notamment, de l’attaquant du Real Madrid José Maria Callejón (26 ans) et de l’ailier belge du PSV Eindhoven Dries Mertens (26 ans), Naples va pouvoir s’offrir un gros coup sur le marché des transferts. Du côté de la presse napolitaine, les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux de Leandro Damião (Internacional Porto Alegre), Edin Dzeko (Manchester City) et Jackson Martinez (FC Porto).

Cette opération illustre aussi les problèmes et limites du fair-play financier tant prôné par l’UEFA et son président Michel Platini. D’un côté, un club qui fait son retour parmi les grands d’Europe (15e club européen pour le chiffre d’affaires selon le classement annuel de Deloitte), de l’autre, les nababs du Qatar St-Germain, qui peuvent dépenser sans compter.

Créé: 17.07.2013, 16h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.