Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 07:30

Football Pierluigi Tami nommé manager de l'équipe de Suisse

Agé de 57 ans, le Tessinois épaulera Vladimir Petkovic dans un rôle de manager, créé pour ne pas revivre les dérapages survenus en Russie l’été dernier. Il n’était pas le premier choix.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’équipe de Suisse tient enfin son nouveau directeur; il s’agit de Perluigi Tami (57 ans), dont le dernier poste connu était celui d’entraîneur du FC Lugano (de juillet 2017 à avril 2018). Sa nomination répond à la recommandation contenue dans le rapport Heusler. Dans ses conclusions dévoilées en novembre dernier, l’ancien boss du FC Bâle préconisait l’engagement d’un homme de liaison destiné à améliorer la communication au sein de l’équipe nationale.

Le rapport Heusler avait été commandé pour faire la lumière sur les événements survenus lors du Mondial russe, notamment la polémique de l’aigle bicéphale survenue lors du match contre la Serbie. Le 22 juin 2018 à Kaliningrad, Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri avaient mimé l'aigle bicéphale, rejoints ensuite par Stephan Lichtsteiner. Le nouveau bras droit de Vladimir Petkovic n’était pas le premier choix des dirigeants helvétiques. Après le désistement de plusieurs candidats, dont celui, en dernier lieu, d’Alain Sutter, qui a préféré vendredi dernier rester directeur sportif du FC Saint-Gall, Tami a été élu ce lundi à l’unanimité par le Comité central de l’ASF. Le technicien sera à la fois responsable de l’équipe A et des M21 helvétiques.

Né en Italie et élevé au Tessin, Tami a joué à partir de 1984 dans l’élite du football helvétique pour Chiasso, Locarno, Bellinzone et Lugano. Il a terminé sa carrière d’actif en 2003 au sein du club tessinois de Gordola. En tant que coach, il a dirigé Locarno, Lugano et plus récemment Grasshopper. Dans le giron de l’ASF, il a entraîné les sélections M17, M18 et M21. En juin 2011, les «Rougets» avaient atteint la finale de l'Euro des M21 au Danemark (défaite 2-0 contre l'Espagne).

Nouveau puisque le poste vient d'être créé, le cahier des charges conduira aussi Pierluigi Tami à multiplier les visites auprès des internationaux éparpillés aux quatre coins de l’Europe. Ses prérogatives l’écarteront toutefois des choix tactiques, qui demeurent de la seule responsabilités de Petkovic. Tami doit désormais effacer sa vision d'entraîneur au profit d'un rôle de manager qui doit permettre à la Suisse de franchir un palier: celui d'une équipe gérée de manière toujours plus professionnelle.

Créé: 01.07.2019, 12h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.