Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 17:30

Football Platini: «Infantino devrait remettre son mandat»

Dans un entretien à «L'Illustré», le Français s'attaque au président de la FIFA.

Michel Platini: «Infantino va donc tout faire pour s'accrocher à son poste».

Michel Platini: «Infantino va donc tout faire pour s'accrocher à son poste». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, arrivé à la tête de l'instance mondiale «par un habile concours de circonstances», devrait «remettre son mandat», estime son rival Michel Platini dans un entretien avec «L'Illustré» publié mercredi.

Gianni Infantino et le procureur général suisse Michael Lauber «se croient intouchables et au-dessus des lois», estime le Français, écarté de la course à la présidence de la FIFA après avoir été suspendu par la fédération internationale pour un paiement controversé reçu de l'ex-patron du football mondial Sepp Blatter.

«Président en opportuniste»

Selon des révélations récentes, MM. Infantino et Lauber ont eu une série de rendez-vous informels, un flou juridique qui soulève la question d'une potentielle collusion entre la FIFA et la justice.

«Je pense que Lauber a conscience qu'il a franchi la ligne rouge. Infantino, lui, devrait à mon sens remettre son mandat, juge Michel Platini. Mais le problème, c'est qu'il est devenu président de la FIFA par un habile concours de circonstances, en opportuniste, sans avoir de légitimité particulière. Il va donc tout faire pour s'accrocher à son poste».

«Le fait que j'aie été victime d'un complot est pour moi une évidence», répète l'ancien président de l'UEFA, dont la suspension de quatre ans est arrivée à son terme en octobre dernier.

«La présidence de la FIFA aurait dû me revenir»

«En 2016, la présidence de la FIFA aurait dû me revenir à une très large majorité, tout le monde le sait, assure-t-il encore. Il semble que Gianni Infantino ait habilement combiné, au début de l'été 2015, pour faire en sorte que je sois écarté de la course à la présidence de la FIFA, par des accords de circonstance passés en coulisses.»

Cet entretien est publié le jour où la commission judiciaire de l'Assemblée fédérale suisse doit se prononcer sur l'ouverture d'une procédure de destitution du procureur Lauber, fragilisé par ses rencontres informelles avec M. Infantino. (AFP/nxp)

Créé: 13.05.2020, 10h50

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.