Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 08:59

Football Une proxénète présumée remue le foot français

Selon «Nice-Matin», le tribunal correctionnel de Grasse va juger une affaire visant une femme qui mettait en relation de jeunes filles avec de riches footballeurs professionnels.

«Nice-Matin» a publié une photo floutée de la proxénète présumée.

«Nice-Matin» a publié une photo floutée de la proxénète présumée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’histoire fait la Une de «Nice-Matin» ce lundi. Le titre: «Les drôles de soirées VIP des stars du foot». La page 16 du quotidien français est consacrée à l’affaire, qui occupe depuis plusieurs mois la justice grassoise. Sous le titre «Entremetteuse pour stars du foot ou proxénète?», l’article révèle qu’une Cagnoise (Stéphanie, 40 ans) mettait en relation des jeunes filles et des footballeurs en empochant de juteuses commissions.

Des soirées à Genève?

Le média révèle qu’une juge d’instruction, aidée par la section financière de la police judiciaire de Nice, a enquêté durant plusieurs mois sur les activités de Stéphanie. Sur les réseaux sociaux, elle a pu collecter d’innombrables images de fêtes et de «pool-party» organisées notamment à Nice, Monaco, Saint-Tropez, Londres, Dubaï et Genève. Des footballeurs de renom (Mario Balotelli, Mathieu Valbuena, Jason Denayer, Jérémy Menez, Tiémoué Bakayoko, etc.) s’y amusent avec de jolies filles dont certaines se sont forgées une petite réputation dans des émissions de téléréalité.

A ce stade de l’enquête, aucun joueur n’est poursuivi. Certains ont simplement été entendus comme témoins.

Le tribunal correctionnel jugera

Le journal azuréen révèle le mode de fonctionnement du supposé réseau. Stéphanie envoyait des photos de filles aux footballeurs qui effectuaient leur sélection sur «catalogue» et prenaient ensuite en charge les frais des demoiselles au cours de vacances ou de soirées.

Si Stéphanie s’offusque d’être comparée à une mère maquerelle et prétend que les jeunes femmes majeures et consentantes n’ont fait que passer des vacances gratuites avec des joueurs de foot fortunés, la justice soupçonne que ces voyages masquaient un véritable réseau de prostitution. «La justice grassoise lui reproche d’être une proxénète qui tire des revenus occultes en facilitant la prostitution de ces jeunes femmes», écrit «Nice-Matin».

Le parquet a décidé de renvoyer l’affaire devant le tribunal correctionnel de Grasse. La date du procès n’a pas encore été fixée.

Créé: 19.08.2019, 18h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.