Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 05:34

FOOTBALL «Ronaldo à Monaco? Je ne serais pas surpris»

Raffaele Poli, responsable de l'observatoire du football au Centre international d'étude du sport, jette un regard expert sur le mercato. Il prédit des investissements records et ne donne pas très cher du fair-play financier.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Raffaele Poli, que pensez-vous de ce début de mercato? Plutôt calme, non?

Pas tant que ça, et il y aura encore des feux d’artifices… Jusqu’ici, dans les grands clubs, ça a surtout bougé au niveau des entraîneurs – au Real, à Chelsea, Paris ou Manchester City. Chacun va maintenant travailler avec ses propres réseaux, les agents qui lui sont proches et, vous verrez, il y aura des gros coups. Il y a aussi les Russes, les Turcs ou les Chinois, qui investissent beaucoup. Les gens ont l’impression que le marché est calme cette année. Mais plusieurs centaines de millions ont déjà été dépensées alors que le mercato vient de commencer.

Si vous deviez nous «inventer» un gros scoop, quel serait-il?

A Monaco, tous les joueurs arrivent via Jorge Mendes, qui est aussi l’agent de Cristiano Ronaldo. A partir de là, que peut-on imaginer? Ronaldo refuse de prolonger son contrat au Real, qui mise fort sur Gareth Bale. Si les dirigeants madrilènes veulent encaisser tout ou partie de la somme qu’ils avaient dépensé pour faire venir Ronaldo de Manchester [94 millions d’euros en 2009], c’est le dernier moment pour le transférer. Or, via Mendes, la connexion avec Monaco est évidente.

Pensez-vous que le Portugais puisse rejoindre un club non qualifié pour la Ligue des champions?

On sait ce que c’est que le business, l’argent. En cas d’offre mirobolante, je ne serais pas surpris. Et après, tout pourrait s’enchaîner en cascade.

Donc on ne peut pas dire que le foot pro soit en crise…

Chaque année, le montant total des transferts estivaux et hivernaux dépasse le milliard d’euros – le record est de 1,5 ou 1,6 milliard. Cette année, on ne sera pas très loin de ce record. Il y aura beaucoup de transferts, beaucoup d’argent dépensé et beaucoup d’endettement.

Voilà qui ne colle pas très bien avec l’idée du fair-play financier prôné par Michel Platini. N’est-ce qu’une façade ou y croyez-vous vraiment?

On y a cru à un moment. Mais là, quand je vois le Paris Saint-Germain ou Manchester City conclure des contrats de sponsoring à 50 millions d’euros… On a sanctionné Malaga, ce qui était alors une bonne nouvelle pour Platini et ceux qui le soutiennent. Mais pour que les choses avancent vraiment, il faudrait un jour qu’un de ces grands clubs avec un mécène soit sanctionné. Il y a une volonté politique, mais elle n’est pas suivie dans les actes. C’est l’argent qui commande : il y a une telle volonté de voir le business s’agrandir.

Qataris, Russes, Indiens ou Chinois investissent presque sans limite. Où cela va-t-il mener le foot?

Ce phénomène représente un gros mal pour le football, parce que ça pousse à l’inflation. Il y a une oligopolisation, avec sept ou huit clubs au-dessus et les autres dessous. C’est comme dans le chocolat: quatre ou cinq grands groupes décident de tout à l’échelle mondiale et au final, ce sont eux qui déterminent le prix du cacao.

Les instances du foot peuvent-elles lutter contre ce phénomène?

Si l’UEFA ne le fait pas, ce ne sont pas les clubs qui vont prendre l’initiative…

Est-elle assez puissantes pour le faire?

Je crains qu’elle ne soit pas assez courageuse pour passer à l’acte, de peur de perdre la poule aux œufs d’or, de peur que les plus grands clubs fassent sécession. Il faut trouver l’équilibre entre ne pas se mettre les clubs à dos et ne pas leur donner trop de pouvoir non plus, c’est difficile. L’UEFA doit ménager la chèvre et le chou. Avec le fair-play financier, Michel Platini a suscité beaucoup d’espoirs. Mais aujourd’hui, on peut déjà se demander si tout ça n’appartient pas déjà au passé.

Créé: 02.07.2013, 11h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.