Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Football Cela s'est passé un 29 mars: GC bat Bastia en demi-finale UEFA

Les Sauterelles avaient réalisé une fantastique épopée européenne lors de la saison 1977-1978, échouant aux portes de la finale.

Francis Montandon (No 4, à g.) vient de marquer le 3-2 pour Grasshopper de la tête contre Bastia. Raimondo Ponte (No 10, à dr.) jubile.

Francis Montandon (No 4, à g.) vient de marquer le 3-2 pour Grasshopper de la tête contre Bastia. Raimondo Ponte (No 10, à dr.) jubile. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au printemps 1977, le FC Zurich de Köbi Kuhn avait réussi l'exploit de se hisser en demi-finale de Coupe des champions. Il s'était fait éliminer par le grand Liverpool de la fin des années 70 (1-3 et 0-3).

Une année plus tard, c'est le rival local qui s'est attiré les honneurs. Grasshopper s'est en effet lui aussi propulsé en demi-finale européenne, cette fois en Coupe de l'UEFA (l'ancêtre de la Ligue Europa). À cette époque, les stars de GC, qui était entraîné par l'Allemand Helmut Johanssen, avaient pour noms Roger Berbig (gardien), Roger Wehrli (défenseur), le jeune Heinz Hermann (milieu de terrain), Raimondo Ponte ou Claudio Sulser (attaquants).

En fait, Grasshopper a cartonné tout au long de sa saison européenne. 2-0 et 6-1 en 32es de finale contre Frem Copenhague, 0-1 et 5-1 face à Artmedia Petrzalka (Thécoslovaquie) en 16es de finale, 0-1 et 4-0 face à Dinamo Tbilissi en 8es de finale, enfin 2-3 et 1-0 contre l'Eintracht Francfort en quarts de finale. Tout cela pour s'offrir une demi-finale face au club corse du SEC Bastia, pour le compte de qui jouaient l'attaquant néerlandais Johnny Rep, mais aussi Claude Papi et Abdelkrim Krimau, pour ne citer qu'eux.

Ponte: 15 buts en 10 matches

En ce mercredi 29 mars 1978, le stade du Hardturm était plein comme un œuf pour cette demi-finale aller inédite. Krimau a ouvert la marque pour Bastia à la 18e minute, mais Heinz Hermann, au lendemain de la célébration de ses 20 ans, a répliqué à la 22e. Nous avons contacté «HH» pour recueillir ses souvenirs, mais il nous a répondu «ne plus vouloir répondre à des interviews». Tant pis.

Le résumé de la demi-finale aller, au Stade du Hardturm:

Vidéo: YouTube.

Par contre, Raimondo Ponte, aujourd'hui 64 ans, se rappelle parfaitement cette soirée. Ponte a notamment donné un premier avantage à GC, sur penalty, à la 31e minute (2-1). «C'est Roger Wehrli qui avait été bousculé dans les seize mètres», se souvient l'ancien entraîneur - notamment - de Sion (2014), qui avait pris le gardien corse Hiard à contre-pied et à ras de terre.

Ponte reprend, de manière plus globale: «On avait vécu une année fabuleuse, en éliminant notamment l'Eintracht Francfort. Personnellement, j'avais accompli une saison fantastique.»

Et comment! Avec un total de 15 réussites en 10 matches européens, il avait terminé meilleur buteur de cette Coupe de l'UEFA 1977-78, à égalité avec l'attaquant du PSV Eindhoven Gerrie Deijkers.

Raimond Ponte a inscrit 15 buts en 10 rencontres européennes lors de la saison 1977-1978 de Coupe de l'UEFA. Image: Keystone.

Après le penalty victorieux de Ponte, GC menait donc 2-1. Papi a ensuite égalisé pour Bastia (37e minute, sur penalty aussi), mais Francis Montandon, de la tête, est allé inscrire le troisième but synonyme de victoire à la 54e minute. 3-2: GC avait préservé l'essentiel.

La une du «Matin» au lendemain du match aller.

Mais deux semaines plus tard, Grasshopper était retombé de haut lors du match retour. «En Corse, l'ambiance était folle,» se souvient Ponte, qui a porté le maillot de Bastia trois ans plus tard, lors de la saison 1981-1982. «On avait vraiment eu peur, poursuit-il. Impossible pour nous d'aller nous promener en ville, tant c'était de la folie. Du coup, cela nous a crispés.»

GC a pourtant longtemps rêvé pouvoir se propulser en finale: dans l'enfer de Furiani, le club zurichois a tenu le 0-0 jusqu'à l'heure de jeu, et même un peu plus. Mais l'inévitable Claude Papi a inscrit le but qui suffisait aux Corses à la 67e minute.

«Il nous a manqué un ou deux buts de plus lors du match aller pour tenir au retour, regrette aujourd'hui Raimondo Ponte. Mais on ne doit pas avoir honte de cette élimination. On était tombés sur une très forte équipe de Bastia. Avec le recul, ç'aurait vraiment été un immense exploit de se qualifier pour la finale.»

Le club zurichois a laissé cet honneur au club à la tête de Maure. En finale, Bastia s'est incliné face au PSV Eindhoven (0-0 en Corse à l'aller, 0-3 aux Pays-Bas au retour). Mais l'épopée de GC, cette saison-là, restera comme un des plus beaux exploits du foot suisse.

Renaud Tschoumy

Créé: 29.03.2020, 12h32

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.