Dimanche 27 mai 2018 | Dernière mise à jour 00:20

Football «On s’est promis qu’on ne se fâcherait jamais»

Serge Duperret est de retour! Interview avec le nouveau «directeur sportif de la première équipe» d'Yverdon Sport, qui ne craint pas la cohabitation avec le président Mario Di Pietrantonio, un autre caractère fort.

Image: Sébastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Anthony Braizat s’approche de Serge Duperret dans le restaurant du stade, à Yverdon, ce mercredi vers 18h20. «Voilà la feuille de match. Les deux joueurs qu’on vient de signer sont là. Un jouera en première mi-temps, l’autre en deuxième. Les trois que tu vois là, ce sont des jeunes», détaille l’entraîneur d’YS, quelques minutes avant ce match de préparation face à Fribourg.

Juste après ces explications, l’ancien président du FC Le Mont, nommé mardi «directeur sportif de la première équipe d’Yverdon Sport», a accepté d’échanger avec nous. Après six mois passés loin des terrains, Serge Duperret est de retour. En pleine forme.

Vous vous embêtiez à la maison?

Pas vraiment, non. Mais c’est sur qu’être dans le vestiaire me manquait. J’avais plusieurs possibilités, mais c’était clair pour moi que c’était à Yverdon que je voulais venir.

Plusieurs possibilités? Vous pouvez nous en dire plus?

Pourquoi, ça vous étonne?

Non, mais on aimerait bien savoir qui avait envie de travailler avec vous, c’est tout.

Plusieurs clubs, y compris de Ligue Nationale. Mais je viens d’Yverdon, c’est ma ville, c’est là…

C’est là que gamin, vous veniez travailler aux cultures maraîchères, on connaît l’histoire...

Oui, voilà. Exactement. Yverdon, c’est un endroit à part pour moi. J’ai envie d’aider ce club à grandir, à atteindre la Challenge League.

Au Mont, vous étiez le seul à décider. Si vous vouliez un joueur, ça ne passait que par vous et par votre entraîneur. A Yverdon, il y aura plus de monde à convaincre...

Et quoi?

Et vous n’êtes pas exactement un homme de compromis.

Ca, c’est vous qui le dites. Je suis là pour professionnaliser le club, pour voir ce qui lui manque afin de franchir un palier. Je vais encadrer le staff et je vais parler avec le président.

Vous pensez que vous allez vous entendre avec lui?

Oui.

Vous avez tous les deux des caractères assez forts. Et on dit qu’il ne peut pas y avoir deux gorilles dans le même enclos…

Vous savez, je vais vous faire une confidence.

Ah!

On s’est fait une promesse, Mario et moi.

Laquelle?

On s’est promis qu’on ne se fâcherait jamais. Voilà. On va très bien fonctionner ensemble.

Surtout qu’il y a plus de potentiel à Yverdon qu’au Mont.

C’est sûr. Ici, il y aura bientôt un stade. Il y a des moyens, des infrastructures, des terrains d’entraînement, un public. On va y arriver.

Vous prenez un risque quand même, non?

Pourquoi?

Vous étiez à la retraite, tranquille. Vous étiez reposé, sans stress. Vous aviez réussi votre sortie avec Le Mont. Et là, c’est reparti…

Vous savez, je n’ai rien à perdre. Si ça ne marche pas, personne ne va oublier ce qui a été fait au Mont. Et de toute façon, je ne me pose pas la question comme ça.

Vous vous la posez comment alors?

Je suis ici pour aider Yverdon à franchir un cap sur le terrain et en dehors. Je sais comment faire pour obtenir une licence, on va s’y mettre dès cette année.

Vous croyez encore à la montée cette saison?

Oui.

YS a onze points de retard, quand même. Vous tablez sur le fait que Wil ou Chiasso n’aura pas la licence…

Vous savez ce que je pense de tout ça, ils ne devraient même pas l’avoir cette saison. Mais bon, on sait comment ça va, je ne vais pas relancer une polémique. Je me suis assez exprimé sur le sujet. Je pars du principe qu’ils vont l’avoir. De toute façon, c’est à l’équipe et au staff de jouer pour aller chercher la montée. Je ne vais pas intervenir dans ce domaine-là.

Quand même, vous êtes «directeur sportif de la première équipe», ce qui veut bien dire que vous aurez une influence directe…

Tout ce que je souhaite, c’est qu’Yverdon Sport progresse. C’est ma seule motivation. Ma petite personne, on en a assez parlé. J’ai des choses à apporter.

Le football suisse ne s’est donc pas débarrassé de Serge Duperret avec le retrait du Mont…

Je comprends le sens de votre remarque (sourire). Quand on a appris que je revenais, j’ai reçu plein de messages de soutien. C’est la preuve que je manquais un peu, non? (Le Matin)

Créé: 09.02.2018, 17h46

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.