Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:14

Football Seferovic: sa saison de feu avec Benfica

Avant la demi-finale de la Ligue des Nations, mercredi contre le Portugal, on a rencontré le buteur vedette de l’équipe de Suisse. Le témoignage de Seferovic en quatre épisodes: on commence avec son incroyable saison en club.

Haris Seferovic a inscrit 19 buts en 17 matches avec Benfica en 2019.

Haris Seferovic a inscrit 19 buts en 17 matches avec Benfica en 2019. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est clair que maintenant, ça marche bien pour moi. C’est une agréable impression de figurer du bon côté de la barrière, celui du succès. C’est agréable, je ne le cache pas, même si j’ai le sentiment d’être le même qu’avant. Beaucoup ont douté de moi, ont pensé que j’étais fini. La vérité, c’est que la réussite ne tient pas à grand-chose. J’ai emmagasiné beaucoup de confiance lors de la victoire contre la Belgique en novembre (5-2) et tout s’est bien enchaîné pour moi à Benfica.

»Mais, fondamentalement je suis resté le même, avec plus de confiance de la part de l’entraîneur depuis l’arrivée de Bruno Lage au début de l’année 2019. La différence fondamentale, c’est que maintenant les chiffres parlent pour moi. Dix-neuf buts en dix-sept matches en 2019, c’est un joli total. Comparable à Messi? Oui pour ce qui est des chiffres bruts, mais on ne joue pas dans la même ligue, dans tous les sens du terme. Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui je joue plus près du but adverse, je reste souvent dans la surface de réparation, je décroche moins.

»J’ai la chance de jouer avec Joao Felix, qui est plus un numéro 10, donc je me concentre vraiment sur le rôle de pur avant-centre et ça me réussit plutôt bien. Et quand vous avez la réussite, elle vous suit jusqu’au bout. J’ai eu un sentiment de plénitude il y a quelques semaines: deux jours après mon mariage, un défenseur dégage le ballon de la tête et il m’arrive droit dans les pieds, juste devant le but. L’année passée, le ballon serait allé ailleurs… Vous voyez ce que je veux dire?

»Je n’ai pas le talent exceptionnel d’un Joao Felix, par exemple. Mais j’ai l’attitude et l’envie de travailler. Même quand je ne marquais pas, que j’étais critiqué, je n’ai rien lâché. J’ai de l’orgueil. Des fois, la réussite ne s’explique pas, elle arrive tout simplement. Ce qui joue en ma faveur, bien sûr, c’est que Benfica joue toujours pour gagner, de manière très offensive. C’est plus simple pour un avant-centre.»

Créé: 03.06.2019, 15h02

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.