Dimanche 26 mai 2019 | Dernière mise à jour 11:23

Football Pas de sentiments pour Freddy Chassot dans le derby de la peur

L'actuel membre du conseil d'administration du FC Sion n'aura aucun scrupule en cas de victoire mercredi de son équipe sur Neuchâtel Xamax, à 20h au stade de Tourbillon.

L'actuel membre du conseil d'administration sédunois ne pleurera pas en cas de défaite de Xamax.

L'actuel membre du conseil d'administration sédunois ne pleurera pas en cas de défaite de Xamax. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J'ai porté les couleurs de presque la moitié des équipes du pays. Y compris Aarau. Du coup je devrai peut-être les soutenir aussi en cas de barrage éventuel contre Sion? Ou prier pour que Zurich ne soit pas relégué? C'est vrai que je suis une personne sociable, j'aime tout le monde», taquine Frédéric Chassot au bout du fil. L'homme a beau avoir disputé plus de 200 matches sous les couleurs de Neuchâtel Xamax entre 1987 et 1995, puis à nouveau brièvement en 2002, il ne veut pas entendre parler d'émotions au moment de croiser la route de l'équipe neuchâteloise mercredi soir, à l'occasion de la 34e journée de Super League. L'ancien attaquant fribourgeois, aujourd'hui âgé de 50 ans, fait en effet partie depuis plusieurs semaines du conseil d'administration du FC Sion. Un club pour lequel il avait d'ailleurs aussi joué et entraîné au cours de sa carrière.

«A Xamax, j'avais joué à l'époque des deux titres et de la Coupe sous la présidence de Gilbert Facchinetti. Ma relation avec le club n'est plus tout à fait pareille aujourd'hui. Mais c'est clair que je serai le premier supporter des Neuchâtelois contre la relégation», assure l'ex-chasseur de buts. Mais le sport reste le sport et la main de Freddy Chassot ne se tendra pas davantage vers ses premières amours. «Le premier objectif du FC Sion est d'éviter les barrages et il faut préparer ce match comme il se doit. C'est très important. C'est un match à ne pas perdre.» Le quinquagénaire estime toutefois que ce derby romand n'a rien d'une finale. «Il n'est en aucun cas définitif. Il y a encore neuf points en jeu, c'est énorme. Même après ce match, il sera impossible de définir avec certitude le nom du barragiste. Et celui de Challenge League non plus. C'est toute la beauté de ce mode de championnat. Tout est très serré et intéressant. Il s'agit d'une affiche formidable pour le football entre deux équipes qui se connaissent bien. Ça va se jouer sur des détails. L'engagement, la finition...»

«Il serait fou d'avoir signé à Sion maintenant»

Pour Chassot, la pression sera sur les visiteurs, qui ont davantage besoin d'une victoire que leurs hôtes valaisans dans ce duel. «Mais il faut souligner le travail remarquable de Stéphane Henchoz jusqu'ici. N'oublions pas que son équipe est la seule à avoir battu le champion Young Boys en 2019!» Et comme le nom de l'entraîneur xamaxien est lâché, autant mettre le sujet sur la table. «Si la question concerne son éventuelle venue à Sion, je vais être très clair: bien sûr que le fait qu'il n'ait pas de contrat pour la saison prochaine va attirer le regard de nombreux clubs. Et Sion serait fou de ne pas s'intéresser à lui. Mais c'est pour le moment impossible. Nous avons un entraîneur en vacances qui est une personne formidable et dont nous voulons adapter les grandes compétences à notre très jeune contingent. En plus Stéphane serait mal avisé d'avoir signé avant de savoir dans quelle ligue évolueront les équipes la saison prochaine. Sion peut très bien être relégué!»

Même la longue amitié qui lie les deux Fribourgeois, un temps coéquipiers xamaxiens, n'aura pas d'impact sur la situation. «J'ai été directeur sportif de Sion pendant six ans, ce n'est pas pour autant qu'on l'a vu débarquer sur le banc à Tourbillon. Stéphane et moi sommes liés depuis trente ans. Il a sans doute passé plus de temps chez moi qu'ailleurs. Je lui avais même fait l'auto-école à l'époque. Mais disputons d'abord cette fin de championnat, ensuite nous verrons s'il y a lieu de discuter.» Et malgré l'absence annoncée d'émotions, Chassot n'aurait-il pas un peu de pitié pour Henchoz si d'aventure Sion fessait Xamax mercredi soir sur un large score? «Absolument pas!, promet l'aîné sans hésiter. On est amis jusqu'au coup d'envoi du match et à nouveau après. Je me réjouis de suivre ce match, qu'il faudra vivre et disputer sous tension. C'est le genre de soirée qui permet d'évaluer le caractère et la personnalité de ses joueurs.»

Lisez tous les épisodes de la série «Derby de la peur»:

- Episode 1: Derby de la peur: comment Sion et Xamax se préparent?

- Episode 2: Xamax aime Monsieur Hänni, Sion beaucoup moins (nxp)

Créé: 15.05.2019, 12h01

Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.