Mercredi 27 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:15

Football Servette conquérant après la pause

Les Grenat se sont imposés face à Aarau samedi sur la pelouse de la Praille (3-1).

Daniel Follonier fête son but, inscrit dans les arrêts de jeu.

Daniel Follonier fête son but, inscrit dans les arrêts de jeu. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Servette joue à se faire peur, mais sait corriger le tir. Contre un Aarau lanterne rouge du classement, le duel avait le goût du match piège. Il l’a longtemps été pour les Grenat, en première période précisément. Menés au score, les Grenat ont eu le mérite de se ressaisir durant la pause pour revenir conquérant sur la pelouse de la Praille. La pression permettait à Stevanovic d’égaliser, avant que Séverin, au prix d’un rush remarquable, ne marque le 2-1 de la victoire. Follonier inscrira même le 3-1 dans les arrêts de jeu. Avec ce succès, les Grenat reviennent à deux longueurs de la tête du classement (le duo Lausanne et Winterthour), avant le match de Wil ce dimanche, contre Chiasso.

Avant son bonheur, Servette a surtout multiplié les offensives stériles. Dominateurs, les Grenat le sont toujours ou presque. Percutants et efficaces, c’est une autre question. Face à un Aarau articulé autour de deux lignes de quatre compactes pour favoriser le jeu de contre, les Servettiens savaient qu’il faudrait se méfier des transitions rapides et verticales. Le curieux, c’est qu’ils ont le plus souvent maîtrisé leur sujet dans ce domaine, pour se laisser surprendre sur une collection d’erreurs personnelles. C’était la première chance d’Aarau, elle a fait mouche grâce aux hésitations servettiennes.

C’est d’abord Misic qui déborde au nez et à la barbe de Cognat, puis d’un Sauthier très hésitant. Puis c’est ce centre lobé qui laisse Frick figé, avant que la balle n’atterrisse sur la tête de Maierhofer, devant un Rouiller surpris. Il faut dire que la nouvelle recrue argovienne, du haut de ses 202 centimètres, tient du géant et que son coup de tête, sans opposition, était parfait.

Plus d'intensité, de verticalité et de détermination

C’est en deuxième période que Servette a réagi. Avec une poussée forte, immédiate. Avec enfin plus d’intensité dans les gestes, plus de verticalité dans les mouvements, plus de déterminations dans les duels, offensifs ou défensifs, avec Alphonse qui épaulait Schalk désormais. Les occasions se sont multipliées, mais il aura fallu attendre une frayeur sur une nouvelle tête de Maierhofer (au-dessus) pour que l’opportunité suivante fasse mouche. Un beau débordement de Cognat, malchanceux à la finition, permettait au Français de servir Stevanovic: la reprise en première intention du gauche laissait Nikolic sans réaction ou presque. Puis ce fut au tour de Séverin de sonner la charge dans le dernier quart d’heure, avant que Follonier ne profite d’un contre à la 94e. Servette sait réagir, mais il ne faudrait pas qu’il joue à se faire peur trop souvent.

Créé: 20.10.2018, 21h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.