Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:26

Football Servette: le point du courage

Servette souffre, mais parvient à contenir Young Boys pour sauver le nul (1-1) et débloquer son compteur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un ancien président français se plaisait à répéter: «Lorsqu’on n’est pas capable de gagner un match, il faut savoir ne pas le perdre.» Ainsi se résument les mérites dominicaux de Servette. Face à des Young Boys d’abord ennuyeux puis intéressants, les Genevois ont su arracher avec un gros cœur et un peu de chance le premier point de leur exercice. Pour la jouerie, il faudra repasser. Mais peu importe. Car chaque époque fête les succès dont elle est en droit de rêver.

«C’est en effet un point arraché de haute lutte, admettait le généreux Alexandre Pasche. Young Boys possède l’effectif pour s’appuyer sur des joueurs qui n’avaient pas joué en Coupe d’Europe. On a beaucoup subi en seconde période mais on s’est battus comme des lions. Il faut poursuivre avec cet état d’esprit.»

Mauvais départ

Pour s’en convaincre, Servette se souviendra qu’il a su se relever du plus mauvais des départs. Car lorsque Simone Grippo contrôlait mal une relance dangereuse de François Moubandje pour offrir l’ouverture du score à Farnerud (25e), le spectre d’un nouvel après-midi compliqué flottait sur la Praille

Heureusement pour les Genevois, le Young Boys de Martin Rueda n’est pas encore guéri de tous les maux qui frappaient celui de Christian Gross. Installés dans un rythme de sénateurs, les Bernois y abandonnèrent trop souvent le ballon à leur hôte. Et malgré les magnifiques avertissements envoyés par Pizzinat (18e) et le revenant Eudis (23e), YB regarda Servette réagir. A l’image de Zverotic qui laissa Lang le devancer avant de tendre une jambe fautive, synonyme d’un penalty victorieux (40e).

Occasions bernoises

Méritée à mi-match, cette égalisation de Karanovic devient flatteuse lorsqu’on la juge à la lumière de la seconde période. Mayuka de la tête (53e), Farnerud de volée (73e) ou Zverotic au terme d’un joli mouvement (86e) furent en effet tout proche d’offrir un succès à YB. Le Zambien crut même trouver la faille lorsqu’un drapeau le rappela pour un de ces hors-jeu qui animent les troisièmes mi-temps (73e).

«Qu’est-ce que vous voulez: on a les occasions, mais on ne marque pas», soupirait Matias Vitkieviez. Non loin de lui, le sourire d’Eudis tranchait avec la rage contenue de son ancien coéquipier. «On voulait ce point; c’est très positif. Et vous allez voir qu’avec le retour des blessés, l’équipe sera vite compétitive.» Servette n’a pas d’autre choix que de le croire sur parole.

Créé: 06.08.2012, 08h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.