Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 01:42

Football Servette s'est vu trop beau? Et puis quoi encore...

Notre journaliste Simon Meier est abasourdi par l'idée que les Servettiens aient pu se voir trop beaux après leur victoire à Berne. Ça sent la relégation.

Issaga Diallo et les Servettiens sont passés au travers de leur match.

Issaga Diallo et les Servettiens sont passés au travers de leur match. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors qu’ils étaient complètement relancés dans la course à l’Europe suite à leur victoire à Berne, les joueurs de Sébastien Fournier ont replongé dans des eaux très inconfortables.

Le monde se serait épargné tant de procès véreux et de guerres civiles si, des fois, les éminences concernées avaient réfléchi 24 heures de plus avant d’ouvrir leur gueule… Tout ça pour dire qu’on a jugé préférable de ne pas parler à chaud de ce Servette-Saint-Gall. Histoire de demeurer mesuré dans les propos usités.

C’était donc samedi soir, et pour la première fois de l’année il faisait doux sur un terrain de nos contrées. Au loin, le Salève virait à l’orange, au violet, comme dans les scènes finales de certains westerns, avec les cactus qui se dessinent à contrejour – signe prémonitoire d’un épilogue épineux dans la nuit. Les héros grenat, portés par une foule immense et fière (en d’autres termes 6062 strapontins officiellement occupés au désert des pelés), arboraient encore les cicatrices de la victoire conquise le dimanche d’avant à Berne. Mais les coeurs étaient gonflés d‘orgueil.

L’occasion en or: Servette, au prix d’une nouvelle démonstration de maîtrise et de talent, puissant au point de laisser deux internationaux brésiliens sur le banc des remplaçants (De Azevedo et Eudis), allait exploser ces Brodeurs de pacotille. Et comme Lucerne et Lausanne feraient match nul dans le même temps, les cons, eh bien les Genevois pourraient fêter leur géniale 9e place le soir même. Servette sauvé! En toute fin de soirée, à tel point que ce serait l’aube, le peuple grenat, tout enduit de sirop d’érable, irait gambader nu dans les fougères de la délivrance.

Pur délire. Après dix minutes de jeu, la messe était dite, 0-2 pour Saint-Gall. Pas là les types, oublié de venir à l’heure. Trop confiants, à entendre Sébastien Fournier après le match. Pardon? Oui, parfaitement, la lanterne rouge, 4 victoires en 26 matches jusque là, a cru bon de décompresser face au 3e du classement. Un peu comme si Atchoum toisait Bubka.

«J’avais déjà mis le doigt là-dessus pendant la semaine. J’en ai parlé aux joueurs parce que je sentais une forme de déconcentration à l’entraînement, un manque de rigueur», déplorait le coach valaisan des Servettiens, qui vient de rempiler à la Praille, au-delà du destin. Fournier évoquera même un «manque d’humilité», un «péché de suffisance».

A quel point est-ce grave, docteur? «On a vécu la même chose il y a deux ans, quand on a été relégués», ne rassure pas Jeff Saibene, entraîneur du FC Saint-Gall. «On gagnait un match et puis juste derrière, on reprenait un coup au moral parce qu’on n’arrivait pas à enchaîner. Quand on est dernier, c’est difficile de jouer tout le temps comme Servette l’a fait le week-end d’avant à Berne.»

Pendant ce temps-là, Lucerne a battu Lausanne. Il reste 9 matches à jouer et ces deux équipes cibles pointent respectivement à 5 et 6 unités des grenat. Certes: c’est un Servette en pleine confiance qui s’en ira défier le FC Zurich samedi soir au Letzigrund. Il n’empêche: la marge est de plus en plus fine.

Créé: 16.04.2013, 09h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.