Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:30

Nice Sidney Govou éclaboussé par une escroquerie de son frère

Le frère de l'ex-international de football organisait des stages fictifs largement subventionnés. Il a été condamné à deux de prisons avec sursis.

Sidney Govou en 2010.

Sidney Govou en 2010. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sidney Govou est dans la tourmente. L'ancien international de football a vu son nom lié à une affaire d'escroquerie, bien malgré lui. Car c'est son frère, Jules Govou, qui a été condamné par le tribunal correctionnel de Nice à deux ans de prison avec sursis et mise à l'épreuve, pour avoir détourné 177 000 euros.

Grâce à son association Stages Govou Sports, il aurait en effet organisé de faux stages, pour lesquels le conseil départemental lui versait de l'argent. Pour rien, puisque les stages n'avaient jamais lieu. Sans le savoir, Sidney Govou avait été fait président de l'association qui portait son nom de famille, et c'était son nom qui était apposé sur les courriers officiels envoyés au conseil départemental.

Lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Nice, Jules Govou a pleuré, écrit Nice-Matin. «Je regrette ce geste cupide qui m'a fait perdre mon emploi», a-t-il déclaré.

Sidney Govou, de son coté, n'a pas commenté publiquement la nouvelle.

Créé: 05.07.2019, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.