Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 16:39

Football Sion doit devenir une équipe de championnat

En prenant le quart à Saint-Gall (victoire 2-1), le club valaisan a montré que la Coupe lui importait toujours. Il doit désormais reproduire le même concept chaque week-end.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avant le coup d’envoi de jeudi soir, il semblait assez incongru de pouvoir dire sans même s’en émouvoir que le FC Sion risquait de perdre sa Coupe. Tant, à force de ne plus trop savoir s’en montrer digne, cela apparaissait comme une issue normale, peut-être même inscrite dans l’ordre des choses. Tant celui qui en était le spécialiste attitré donnait le sentiment d’avoir égaré la recette de l’exploit ces derniers temps, particulièrement la saison passée. Durant des années, le club valaisan avait pourtant fait de cette compétition sa chasse gardée et de la conquête du trophée, dont il était le propriétaire désigné, sa quête absolue.

Or il a suffi d’un premier soir de novembre réussi et d’une victoire à Saint-Gall obtenue au terme des prolongations (succès 2-1) pour retrouver toute la particularité du FC Sion dès lors qu’il s’agit de sa compétition fétiche, celle qui lui correspond le mieux. Pour faire simple, une question de caractère sans doute. Car la Coupe, c’est un truc à part, dont Sion a su à nouveau faire son affaire mais qui n’était pas gagné au départ si l’on s’en tient à une saison compliquée et à des résultats restés jusque-là extrêmement décevants, loin de correspondre en tout cas aux légitimes ambitions que l’on est en droit d’exiger, compte tenu de son riche potentiel.

Le pari gagnant de Yakin

En même temps, ce n’est pas très compliqué quand on parvient à rassembler tous les ingrédients. Et pas question surtout de chipoter. Soit vous en restez là et l’on vous traite de zéro, soit ça passe et vous êtes fêtés en conséquence, comme des héros. Et c’est ce qui s’est passé au Kybunpark où le visiteur a su réunir suffisamment de qualités pour remporter un match que Sion aurait tout aussi bien pu perdre, il convient aussi de le reconnaître.

Mais ce que l’on a surtout apprécié, c’est que l’on a vécu un vrai combat de Coupe, aussi digne que peut l’être une explication d’hommes. Avec ses coups défendus, ses trahisons, ses duels, ses erreurs aussi mais surtout beaucoup de générosité et d'engagement de la part de deux équipes qu’il convient d’associer. Cela n'a peut-être pas toujours volé très haut au niveau purement technique mais cela a toujours été très spectaculaire à regarder.

Car la Coupe, c’est davantage une attitude que toute autre considération et dans ce domaine-là, celui de l'état d'esprit, on a vu que le club valaisan était suffisamment armé. Ce faisant, Murat Yakin a pris des risques, notamment celui de titulariser Pajtim Kasami, mais son pari s’est avéré gagnant puisque le revenant a inscrit les deux buts de son équipe et qu'impliqué comme jamais, on ne se souvient pas de l'avoir autant vu courir et éclairer le jeu. Manifestement, les derniers matches qu'il a vécus depuis le banc des remplaçants lui ont remis la tête à l'endroit, ce dont on ne peut que se réjouir.

Mais la Coupe, c’est aussi le théâtre des hommes, ce qui a permis à Christian Constantin d’entrer en scène avant les prolongations, le président jouant alors les chefs de guerre pour motiver ses troupes et haranguer ses joueurs en se retrouvant au milieu d’eux. Seul Sion continue son chemin ce matin mais Saint-Gall, il faut l’admettre, n’a pas démérité quand bien même sa domination fut trop confuse.

Un gâchis qui dure depuis des années

Quand on voit l’implication de chaque joueur valaisan en Coupe et ce qu’il est capable de réaliser sur une pelouse difficile, on en vient à se demander pourquoi un tel état d’esprit n’existe pas en championnat, avec comme première conséquence, l’expression d’un sacré gâchis qui dure maintenant depuis des années. Sur la lancée de sa qualification, Sion doit désormais aussi devenir une équipe de championnat, prête à enchaîner les performances élevées sur la durée. Afin de ne plus se contenter de vivre d’expédients et de coups. La Coupe, c’est bien beau mais Sion ne doit pas pour autant en oublier la réalité du championnat. C'est désormais sur ce terrain-là qu'on l'attend. Car c'est bien là que se mesurent les véritables progrès d'une équipe, que se soient en terme de cohésion ou de maturité tactique. Et cela doit commencer dès dimanche, face à ce même FC Saint-Gall. Sion a assez perdu de temps pour ne pas enfin changer de dimension.

Créé: 02.11.2018, 00h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.