Mercredi 14 novembre 2018 | Dernière mise à jour 16:34

Football Steve Rouiller: «J'ai prouvé avoir mérité ma place à ce niveau»

A 27 ans, le défenseur valaisan du FC Lugano connait la période la plus faste de sa carrière. Interview.

Pierluigi Tami et Steve Rouiller: l'entente est bonne entre le nouvel entraîneur de Lugano et son défenseur central.

Pierluigi Tami et Steve Rouiller: l'entente est bonne entre le nouvel entraîneur de Lugano et son défenseur central. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Titulaire indiscutable dans la défense à trois du FC Lugano, Steve Rouiller (27 ans) est un homme heureux en ce début de saison. Buteur à Lausanne il y a deux semaines et impeccable sur la pelouse du FC Bâle dimanche, le Valaisan (né à Monthey et grandi à Troistorrents) se plaît au Tessin, où il est sous contrat jusqu'en juin 2019. Interview d'un joueur content de prouver sa valeur en Super League, deux ans après avoir été prié de partir du FC Sion pour rejoindre Chiasso, en Challenge League.

Steve, on ne se trompe pas si on dit que vous êtes heureux dans votre métier de footballeur ces temps?

Non, c'est le cas. C'est une bonne période pour moi sur le plan individuel, je ne peux pas dire le contraire. J'ai un entraîneur qui me fait confiance et qui croit en moi. A l'image de l'équipe, je me sens bien.

Pourtant, Lugano est 8e, avec cinq points en cinq matches...

Oui, mais paradoxalement, on a le sentiment d'avoir réalisé un bon début de saison. C'est vrai qu'on n'a que cinq points, mais on fait de bonnes prestations, notamment avec ce match nul à Bâle. Le championnat est très serré, il n'y a rien d'alarmant. Globalement, on arrive à montrer nos qualités de possession de balle, on joue un jeu plutôt attractif. Franchement, on mérite ce qui nous arrive.

Justement, Lugano est passé en quelques mois du statut d'équipe se battant contre la relégation à celui de qualifié direct pour la Ligue Europa. Comment expliquer cette évolution fulgurante?

La première chose, c'est la stabilité. On n'a pas connu beaucoup de changements au niveau du contingent et cela paie. On joue ensemble depuis plus d'une année aujourd'hui et ça se voit sur le terrain.

Vous avez perdu Ezgjan Alioski, Armando Sadiku, Eray Cümart et Mirko Salvi pourtant...

Oui, c'est vrai, mais c'est tout. Je ne minimise pas ces départs, mais l'équipe n'a pas non plus été complètement démantelée. On est restés solides, dans la lignée de ce qu'a apporté Paolo Tramezzani cet hiver. En quelques semaines, il nous a amenés très haut avec son énergie et son discours. Il nous a fait prendre conscience de nos qualités et c'était très important.

Aujourd'hui, avec Pierluigi Tami, vous êtes dans la continuité?

Oui. On essaie d'avoir le ballon le plus possible, d'imposer notre jeu. On est en confiance et on essaie de le montrer. Et on a envie de refaire le coup de la saison passée, pourquoi pas...

Troisième, c'est possible, vous croyez?

Pas mal de monde nous plaçait parmi les favoris à la relégation en début de saison, donc vous savez, les pronostics... Si on continue sur cette lancée, en étant solides et en produisant du jeu, tout est possible.

Vendredi prochain aura lieu le tirage au sort de la Ligue Europa. Vous en parlez déjà dans le vestiaire?

C'est sûr qu'il y a une certaine excitation, je ne peux pas le cacher! Il y a de super équipes, on pense à Arsenal, mais on parle aussi de l'AC Milan. Un derby Lugano-Milan, ce serait vraiment la classe. On va jouer sans pression, c'est une compétition dans laquelle on ne sera pas favoris quoi qu'il arrive. On va prendre tout ce qu'on peut et surtout emmagasiner de l'expérience.

Vous aviez quitté Sion pour Chiasso et aujourd'hui, vous êtes titulaire en Super League et vous vous apprêtez à disputer la Coupe d'Europe. On peut appeler ça comment? Une progression, une évolution, une revanche?

Très sincèrement, un peu de tout ça. Bien sûr qu'il y a un petit sentiment de revanche, après être parti par la petite porte du FC Sion. Je dois beaucoup à Chiasso, c'est grâce à eux que j'ai pu me montrer et faire des bons matches en Challenge League. Après, quand Lugano s'est intéressé à moi, je n'ai pas réfléchi. Je crois que j'ai prouvé avoir mérité ma place à ce niveau.

Par rapport aux gens qui pensaient le contraire à Sion?

Il y a sûrement des gens qui le pensent encore, vous savez. Après, il y avait tellement de circonstances différentes... Ce n'est pas qu'une question de jugement. Il fallait que je change un peu d'air. J'ai eu raison de le faire.

Et le Tessin, c'est plutôt sympa, non?

Ah oui, c'est une super région. J'aime bien la mentalité des gens, mais aussi des joueurs. On se bat l'un pour l'autre, on est solidaires. Ce sont des valeurs qui me plaisent.

Vous avez marqué à la Pontaise l'autre jour, un but important qui plus est. Vous visez les quatre ou cinq réussites cette saison?

Ouh là (rires). C'était mon premier but en Super League et globalement je ne marque pas beaucoup. Si je peux en mettre deux ou trois de plus pourquoi pas, mais ce n'est pas du tout mon objectif principal. Ce que je veux, c'est qu'on soit solides derrière. En entrant sur le terrain, je ne pense qu'à ça. Après, si je peux aider l'équipe une ou deux fois en marquant, pourquoi pas! (Le Matin)

Créé: 22.08.2017, 11h14

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.