Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 15:06

Football Doudin: «Sur le terrain, on ne pense pas aux histoires administratives»

Pour conclure une semaine mouvementée en coulisses, Charles-André Doudin et NE Xamax disputent un match capital contre Thoune, samedi.

Charles-André Doudin et Xamax disputent un «match à six points» samedi contre Thoune.

Charles-André Doudin et Xamax disputent un «match à six points» samedi contre Thoune.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 20 juillet dernier, Neuchâtel Xamax ouvrait son championnat par un match nul frustrant à la Stockhorn Arena. Sur le terrain de Thoune, Raphaël Nuzzolo avait donné deux longueurs d’avance à ses couleurs, avant que les Neuchâtelois ne craquent en fin de rencontre et soient rejoints (2-2).

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Et si les Bernois ont toutes les peines du monde à lancer leur saison, Xamax, lui, carbure à plein régime depuis fin septembre. Il n’y pas que des victoires à la clé, loin de là, mais l’équipe de Joël Magnin avance à un rythme tout à fait convaincant compte tenu de son potentiel. À tel point qu’elle porte même le costume de favori à la veille de ses retrouvailles avec le FC Thoune (samedi à 19h à la Maladière). Une victoire et les rouge et noir repousseraient la lanterne rouge à neuf longueurs.

Autant dire que Charles-André Doudin et les siens devront répondre présent sur le terrain. Et ça tombe bien, le milieu de terrain neuchâtelois en est pleinement conscient. Interview.

Charles-André, quel souvenir gardez-vous du match aller?

On s’était montrés plutôt convaincants, dans mon souvenir. On avait assez bien géré la rencontre, avant de baisser d’intensité sur la fin. Le match nul était évitable. Mais notre philosophie a évolué depuis lors. Je vous assure que ce ne sera absolument pas le même match demain.

Votre philosophie a évolué? Dans quel sens?

Notre plan initial, c’était de bien défendre et de frapper en contre. Un peu comme la saison dernière. Mais plus on avance, plus on se rend compte qu’on n’a pas grand-chose à envier à certaines équipes sur le plan du jeu. Pas toutes, bien sûr, mais certaines.

Cela veut dire qu’on verra un Xamax offensif demain?

En tout cas, on est conscients de l’importance de ce duel. Devant notre public, on a envie de bien faire, de montrer un beau visage. Alors oui, il restera beaucoup de matches après celui-ci. Mais c’est trop facile de se cacher derrière cet argument pour minimiser l’enjeu. La venue de Thoune, au vu de la situation au classement, c’est déjà un tournant dans la saison. C’est un peu bateau de le dire, mais on vivrait plus sereinement avec neuf points d’avance sur les Bernois plutôt que seulement trois.

Si on met la claque reçue à Lausanne de côté, Neuchâtel se porte bien actuellement. Comment l’expliquez-vous?

On ne peut pas vraiment parler de déclic. J’ai l’impression qu’il s’agit surtout d’une histoire de confiance commune retrouvée, dont tout le monde bénéficie.

À commencer par les jeunes?

Oui, voilà. Dans le championnat de Super League, les jeunes ont un vrai rôle à jouer, une place à prendre. À Xamax, on a peut-être un peu tardé à leur donner des responsabilités, en se reposant sur notre noyau d’anciens. Mais aujourd’hui, on le fait très bien. Il y a des jeunes dans l’équipe mais, surtout, ils profitent d’un temps de jeu important. Et leur travail, ils le font très bien.

En fait, le seul souci de Xamax à l’heure actuelle, ce sont les blessures de Gaëtan Karlen et de Laurent Walthert?

C’est sûr que ces deux-là, on préfère les avoir sur le terrain qu’en tribunes. Mais ça fait partie du jeu et ça ne nous empêchera pas de batailler contre Thoune avec les éléments à disposition.

Avec l’arrivée de Jean-François Collet à la tête du club, Neuchâtel vit une semaine mouvementée…

Et cela n’a aucune incidence sur l’équipe. En réalité, rien n’a changé pour le moment. On fera le point à Noël, pas avant. De toute façon, quand on entre sur le terrain, on ne pense pas aux histoires administratives, à qui nous dirige, etc… Utiliser cette excuse pour expliquer une contre-performance, ce serait se voiler la face.

Florian Vaney

Créé: 08.11.2019, 20h16

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.