Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 08:41

Football Xamax: les étapes-clés d'une belle remontée

Six ans après la faillite, NE Xamax FCS va rejouer en Super League. Une remontée exemplaire, démarrée en deuxième ligue interrégionale et racontée par quatre acteurs décisifs.

Joueurs, membres du staff et dirigeants xamaxiens se sont retrouvés dimanche soir au port de Neuchâtel, une fois leur promotion en Super League devenue officielle.
Vidéo: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

31 mars 2012: Christian Binggeli, le sauveur

Alors que Xamax est de retour en Super League, Christian Binggeli, le président, n’a pas oublié que, voilà six ans, il avait repris un club cliniquement mort après la faillite de Chagaev. «Michel Favre m’avait sollicité et après une semaine de réflexion, j’avais accepté. À part le mouvement junior sauvé par la Fondation Gilbert Facchinetti, il n’y avait plus rien.» Il fouille dans sa mémoire: «J’ai formé un comité de bénévoles et avec mon fils, nous sommes partis à la recherche de fonds en frappant à toutes les portes. En quelques mois, nous avons enchaîné une cinquantaine de rendez-vous et récolté quelque 700'000 francs. Les anciens gros sponsors, les banques notamment, échaudés par l’affaire Chagaev, étaient très réticents. Mais il y a eu plein de petits soutiens, venus de Suisse alémanique aussi.» Autre souvenir: «L’idée du mur de briques avait très bien marché. En échange de leur apport, les gens recevaient un certificat de reconstructeur. Nous avons fondé une nouvelle SA, changé de nom et de logo et, au mois d’août, Neuchâtel Xamax repartait en deuxième ligue inter.» Six ans et quatre promotions plus tard, le club a rejoint l’élite du foot suisse. «C’est le fruit du travail de tout le monde», se félicite Binggeli.

11 août 2012: Reprise dans le foot de talus en 2e ligue interrégionale

Quelques mois après la faillite, NE Xamax repart en 2e ligue interrégionale, quatre étages plus bas. Les débuts à Laufon se soldent par un nul 1-1. Xamax joue avec l’équipe des M21 dirigée par Robert Catillaz, entraîneur au club depuis plus de dix ans. «Plein de noms connus avaient refusé le poste, eu égard à ce qui s’était passé. Je devais être le treizième choix, mais j’avais accepté, par attachement», raconte-t-il aujourd’hui. Loin de la Super League, les adversaires s’appellent Bassecourt, Liestal, Moutier. Xamax, après un départ difficile, est promu en 1re ligue. «Il ne restait qu’un petit carré de supporters. Xamax était attendu partout. On avait survolé le deuxième tour.» Au total, Xamax avec Catillaz enchaîne trois promotions jusqu’en Challenge League, où l’entraîneur finira par jeter l’éponge. «J’avais ma famille, mes deux filles, mon entreprise de produits pétroliers, c’était trop.» C’est Michel Decastel, toujours en poste, qui lui succédera. Fier d’avoir participé à la reconstruction, Robert Catillaz reste prudent pour l’avenir. «Aujourd’hui tout va bien, mais ça ira peut-être moins bien dans quelques mois. En foot, il y a les supporters de club et les supporters de victoire», dit-il, tenant, dans l’euphorie, à rendre hommage à un certain Gilbert Facchinetti, l’âme du club. «Ce qui arrive me fait plaisir pour lui.»

15 juin 2014: Le match en forme de tournant contre Baden

NE Xamax FCS signe cette année-là sa deuxième promotion consécutive, de 1re ligue en Promotion League, après une finale indécise contre Baden. Charles-André Doudin (31 ans), toujours milieu de terrain, considère ce match comme le tournant dans le destin de Xamax, un avis unanimement partagé. «Alors qu’on avait nettement dominé la saison régulière et gagné facilement le match aller contre Baden 2-0, le club argovien était revenu à 2-2 en fin de seconde mi-temps chez lui. Du coup, tout était remis en cause. Refaire une saison au même niveau aurait été difficile pour tout le monde, car l’équipe était bâtie pour jouer plus haut. Cela aurait été un méchant coup d’arrêt. Et puis à la 108e minute, en prolongations, Michael Rodriguez avait signé un but venu d’ailleurs, une volée en pleine lucarne sur un centre de Gomes. Une libération incroyable.» Sollicité par le président, Doudin, comme d’autres Neuchâtelois exilés, avait accepté de revenir dans son club formateur, où il avait fait tous ses juniors, mais sans garantie de rejouer un jour au plus haut niveau. Aujourd’hui, il se dit «fier d’avoir rendu à Xamax un peu de ce qu’il m’a donné». Il avait fait ses débuts en Super League sous le maillot neuchâtelois à 19 ans, aux côtés, entre autres, d’Alexandre Rey et d’Eddy Barea. Douze ans plus tard, il y fera, la saison prochaine, son grand retour.

22 avril 2018: Le retour rêvé au point de départ

S’il y a un joueur qui fut prépondérant dans cette saison euphorique de NE Xamax, c’est bien sûr Raphaël Nuzzolo, meilleur buteur de Challenge League. Combien de fois, par ses fulgurances, a-t-il sorti l’équipe de situations compliquées? Pas question pourtant de tirer la couverture à lui. «Dans l’équipe, tout a fonctionné à merveille. Et la politique du club fait aujourd’hui des envieux bien au-delà des frontières cantonales.» À 35 ans, l’attaquant ne s’est jamais senti aussi bien. «Avec l’âge, je me bonifie, je me sens mieux dans mon corps, sans oublier l’expérience. Chacun est différent. Sur le plan personnel, cela a été une saison de rêve.» Cette promotion constitue une récompense pour lui qui était revenu à Xamax en 2016, après cinq saisons à Young Boys. «J’étais parti à cause de Chagaev, mais j’avais toujours dit qu’un jour je reviendrais. Xamax, c’est le club qui m’a lancé en Super League et qui reste très familial. En plus, j’ai tous mes amis dans la région.» L’avenir en Super League, il l’aborde avec sérénité. «Bien sûr que ça va être autre chose, mais je suis confiant, je n’ai pas peur. On va se renforcer et on sera capable de régater avec ceux qui luttent contre la relégation aujourd’hui.»

Créé: 23.04.2018, 10h58

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.