Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:14

Football Xamax, la force du vestiaire

Les leaders neuchâtelois sont revenus au club bien avant le retour en Super League. Ce maintien dimanche est en grande partie le leur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il faut commencer par relever la classe du public du Brügglifeld. Les 7000 supporters du FC Aarau ont longtemps acclamé leurs joueurs après le coup de sifflet final, applaudissant et chantant lors du tour d'honneur, alors même que leur équipe venait de perdre 0-4 à domicile.

Une attitude remarquable, inspirée de la Bundesliga, et qu'il convient de saluer. Aucune menace aux joueurs, aucune insulte, simplement de la gratitude pour une deuxième partie de saison réussie et pour avoir vu des joueurs qui mouillaient le maillot jusqu'à la dernière seconde du dernier match.

Comment expliquer l'irrationnel?

Place à Xamax, maintenant. Et là, il faut avoir l'humilité de reconnaître que trouver des raisons de croire en ce renversement de situation est compliqué. Comment expliquer l'irrationnel? Comment ces joueurs sont-ils passés du spectacle présenté jeudi à celui de ce dimanche?

La vérité est sans doute qu'ils se sont nourris, quelque part, des commentaires négatifs qu'ils ont pu lire ces derniers jours. Quelques joueurs nous l'ont dit: ils ont lu les journaux depuis jeudi. Ils sont allés sur les réseaux sociaux, aussi. Ils ne se sont pas coupés du monde et ils se sont servis de ces critiques, parfois exagérées, parfois non. Ces garçons intelligents savent que la presse et le public n'allaient pas dire du bien d'eux après leur prestation de jeudi, mais ils ont prouvé une chose ce dimanche: ils ne sont pas déconnectés de la réalité.

Il y a des soucis à Xamax en coulisses

Certains footballeurs se moquent pas mal des autres, du moment que leur (parfois gros) salaire tombe à la fin du mois. Les gars en fin de contrat auraient pu se foutre de savoir si Xamax allait jouer en Super League ou non l'année prochaine. C'est ce que certains d'entre eux ont semblé dégager de leur comportement et de leur «performance» de jeudi, en tout cas, mais ils ont balayé ces doutes ce dimanche, de fort belle manière, prouvant que seul le terrain compte.

Il ne faut cependant pas s'y tromper non plus: le revers 0-4 à la Maladière doit en partie aux faits de jeu, d'accord, mais une équipe bien dans sa tête n'aurait pas sombré de pareille manière. Il y a des soucis à Xamax en coulisses, tout n'est pas parfait et Christian Binggeli est le premier à le reconnaître.

Il débute son apprentissage de président dans le monde professionnel et il a des progrès à faire, notamment dans son mode de communication. Ne pas parler publiquement avant le barrage était une bonne idée et il tirera sans doute les leçons de ce premier exercice compliqué en Super League, mais, on l'a écrit souvent, il ne faut pas lui enlever le mérite de ce qui a été mis en place à Xamax depuis qu'il a repris le club en 2e ligue inter.

Sous sa présidence, le club rouge et noir est monté de quatre ligues et s'est maintenu. Ce n'est pas encore le bilan de Gilbert Facchinetti, d'accord, mais Christian Binggeli mérite de la considération. Si Servette a son «2 juin» pour l'éternité, celui du titre en 1999, ce 2 juin 2019 va lui rester un bon moment dans les mémoires xamaxiennes.

Stéphane Henchoz a su trouver les mots

Si Neuchâtel a redressé la barre entre jeudi et dimanche, c'est aussi et surtout grâce à son vestiaire, ce fameux noyau dur que l'on a souvent vanté ici. Stéphane Henchoz a su trouver les mots, les joueurs ont adhéré à son discours, mais ce sont eux, les Raphaël Nuzzolo, Laurent Walthert, Charles-André Doudin et les autres, qui sont les grands artisans de ce maintien.

Ces trois hommes n'ont pas été bons lors du premier acte face à Aarau et ils le savent. Mais ces trois derniers jours, ils ont convaincu les autres que l'exploit était possible et surtout, ils ont tenu ce vestiaire depuis le début de l'aventure.

La force de Xamax, et elle vaut tous les budgets du monde, vient de la qualité de ses leaders et de leur attachement réel à leurs couleurs. Suivant lesquels, ils ont débarqué en 1re ligue, en Promotion League ou en Challenge League. Quoi qu'il arrive désormais, même s'ils coulent la saison prochaine, ils auront réussi leur pari: faire monter et maintenir Xamax en Super League avec le plus petit budget de la ligue. Bravo messieurs. Et à la saison prochaine.

Créé: 02.06.2019, 23h17

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.