Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 21:06

Football Xamax peut maudire les cartons

Alors qu’il menait 2-0, le club neuchâtelois a payé cher ses égarements à Thoune. Réduit à neuf, il a au moins évité le pire.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quel qu’il soit, un premier match équivaut toujours à une rencontre. Entre ce que l’on pressent – et que l’on redoute parfois – et la vérité du terrain, seule la réalité compte. S’il se réjouissait de son intronisation sur le banc de Xamax, Joël Magnin n’en craignait pas moins les conséquences d’un premier rendez-vous peut-être manqué. Néophyte en Super League, l’ancien attaquant avait déjà usé ses culottes d’entraîneur en tant que formateur, principalement à la tête des espoirs d’YB. Mais dans l’anonymat de la 1re ligue sans autre pression que celle de la progression.

Di Nardo perd les nerfs

Rien de tel en ce samedi soir de première, parce que ce coup-ci, cela comptait pour un homme projeté sous les projecteurs. Que retenir dès lors d’un nul qui ne fait pas le bonheur de Xamax? Alors que le contrôle de la partie lui appartenait et que Nuzzolo avait signé son premier doublé de la saison, le visiteur devait afficher un étonnant manque de lucidité. Quand on a la chance de mener 2-0 contre un concurrent direct, on n’a pas le droit de galvauder la victoire comme les visiteurs l’ont fait. Si Seferi est inexcusable sur la première expulsion, le pourtant expérimenté Di Nardo, traînant déjà un carton jaune inutile, aurait dû réussir à mieux contrôler ses nerfs – pareil pour Djuric sur la scène du penalty. Provoquant aussitôt l’inversion des dynamiques et la furia locale lors d’une fin de match à sens unique, ce double carton rouge devait saborder le Xamax de Magnin, ressemblant étrangement à celui d’Henchoz.

Solidarité défensive, sens élevé du sacrifice, grande dépense d’énergie des marathoniens du milieu et l’éternel Nuzzolo à la finition: rien n’a fondamentalement changé au niveau de la recette. Mais Xamax, à défaut de quitter l’Oberland avec trois points, a plutôt plu, y compris lorsqu’il s’est agi de sauver ce qui pouvait encore l’être. Un point de gagné et des tonnes de frustrations au terme d’un acte de résistance.

Ce Xamax tient la route

«Je m’étais imaginé une première plus tranquille», soupirait Magnin. Le Neuchâtelois, qui confessait volontiers un sommeil troublé depuis sa prise de fonction, a encore de belles nuits d’insomnie devant lui.

Mais déjà quelques certitudes supplémentaires. Son Xamax, que beaucoup enterraient avant la reprise, tient la route.

Créé: 21.07.2019, 10h01