Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 14:12

Football Xamax remet tout le monde dans la gonfle

En signant l’exploit du week-end contre YB (1-0), le club neuchâtelois a rebrassé les cartes du championnat.

L'ambiance était folle, lundi soir à Neuchâtel.

L'ambiance était folle, lundi soir à Neuchâtel. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En ce long week-end pascal, il est assez amusant et surtout significatif de constater que le FC Sion et NE Xamax étaient confrontés à des objectifs similaires. Pour commencer, les deux clubs romands de Super League possédaient l’un et l’autre l’avantage d’évoluer à la maison, ce qui n’est pas forcément la garantie d’être porté par son public (Xamax pourrait en témoigner); ils étaient également chacun opposés à un adversaire qui leur était largement supérieur, avec le but avoué, de pouvoir ainsi se jauger face à meilleur que soi.

Tant à Tourbillon qu’à la Maladière, les ambitions étaient ainsi clairement affichées: face à Bâle, un opposant devant lequel il a coutume de «sécher», Sion entendait démontrer qu’il pouvait régater sportivement les yeux dans les yeux et conquérir, en cas de succès, une place sur le podium potentiellement synonyme de Ligue Europa pour un club qui en est toujours interdit. Pour sa part, Xamax espérait spéculer sur un relâchement du champion YB pour se rapprocher d’une huitième place qui lui assurerait le maintien sans passer par les barrages.

La décompression du champion

Voilà pour la théorie, toujours séduisante. Mais la réalité a été très différente pour les deux clubs romands. Dès vendredi soir, Sion avait montré tout ce qui le séparait encore d’un FC Bâle au demeurant froidement «tueur». En clôture d’une 29e journée étalée sur quatre jours, NE Xamax n’est bien sûr pas devenu l’égal de YB - ce n’est du reste pas ce qui lui était demandé. Mais ses joueurs ont montré suffisamment de grinta pour faire tomber le nouveau champion, ce qui n’arrive pas tous les jours vous en conviendrez – une première en tout cas en 2019.

Certes, certains esprits chagrins ne vont pas manquer d’ergoter pour dire combien YB avait trop arrosé son titre et que les fêtards du Stade de Suisse n’avaient certainement pas la tête à se défoncer. Ce fut probablement vrai en première période, mais plus du tout le cas après la pause. Et puis, peut-on sérieusement en vouloir à un groupe de connaître un moment de décompression après les festivités d’un titre et pareil cavalier seul dans la compétition?

Ce qui est tout aussi vrai, c’est que le mérite de cette sensation – à l’échelle du football helvétique, une défaite d’YB en est une – revient également sinon surtout à Xamax d’abord. Voilà une équipe qui sait d’où elle vient et jusqu’où elle compte encore aller. Si Xamax a réussi où le FC Sion a échoué, c’est parce qu’il existe dorénavant un fil rouge et noir identifié auquel chacun sait se raccrocher dans la difficulté.

Moins de jeu, plus d’efficacité

Depuis sa prise de fonction en remplacement de Michel Decastel (6 février), Stéphane Henchoz n’a rien révolutionné; le technicien fribourgeois s’est «contenté» de redéfinir les priorités, en partant de la défense. Aujourd’hui, Xamax séduit peut-être moins au niveau de son jeu mais il a terriblement gagné en efficacité: son remarquable parcours effectué depuis la reprise est là pour en témoigner.

Ceux qui, en défense, passaient encore pour des «chèvres» avant Noël parviennent dorénavant à tenir en respect les meilleures gâchettes du championnat, chose impensable voici quelques mois et signe des progrès réalisés au niveau du bloc équipe.

Fort de ses nouvelles certitudes, Xamax aurait tort de se focaliser uniquement sur la place de barragiste, qu’il pourrait «blinder» dès samedi avec la venue de Grasshopper. Un match face à la lanterne rouge qui, curieusement, pourrait être bien plus difficile à aborder que celui face au champion.

Chose certaine: en signant l’exploit contre YB dont Uli Forte lui-même ne le pensait pas capable, Xamax a totalement relancé la course pour le maintien dans la mesure où Lugano, Sion, Lucerne, Saint-Gall et Zurich se retrouvent tous – mais à des degrés certes divers – dans la gonfle, sous la menace d’un potentiel retour neuchâtelois et alors qu’il reste 18 points en jeu. Même le FC Thoune (3e), en net recul, n’est pas mathématiquement sorti d’affaire...

L'Europe ne les concerne pas

A ce rythme, il faudra savoir garder ses nerfs dans les états-majors concernés et de nouveaux changements de banc ne sont pas à exclure – on serait d'ailleurs prêt à en prendre le pari.

La prochaine journée pourrait déjà réserver un nouveau rebondissement: en cas de succès de Xamax contre Grasshopper associé à une victoire du FC Sion le lendemain au Letzigrund contre un FC Zurich pas loin d’être en chute libre, les anciens naufragés de la Maladière se retrouveraient alors 8es, mathématiquement sauvés, du moins provisoirement, et pas si loin d’une possible place européenne qui ne les concerne de toute manière pas. Alors qu’il était encore solide lanterne rouge en février, Xamax n’en a tout simplement pas effectué la requête auprès de l’UEFA et de la SFL, lors de sa demande de licence.

A la Maladière, on serait ravi de s’en mordre les doigts.

(nxp)

Créé: 22.04.2019, 22h20

Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.