Lundi 24 juin 2019 | Dernière mise à jour 13:52

Football Zidane n'a pas de plan de carrière, et c'est tant mieux

En acceptant de retourner sur le banc du Real Madrid dix mois après l'avoir quitté, Zinédine Zidane n'a pas écouté le diktat du carriérisme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un premier constat: Zinédine Zidane n’a pas de plan de carrière. En tout cas pas un destin d’entraîneur calculé au millimètre, façon Pep Guardiola. En acceptant de revenir au chevet d’un Real Madrid souffreteux, lui qui l’avait laissé dans une forme triplement européenne, ZZ a fait le choix du cœur - c'est du moins ce que le principal intéressé affirme.

Trop difficile pour le clubiste de voir sa pupille à l’agonie, distancée si ce n’est déclassée sur tous les tableaux. Un palpitant certes bien aidé par un chèque que l’on imagine tout aussi galactique que le personnage - mais de l’argent Zizou en aurait trouvé ailleurs, tout autant, à n’en pas douter.

Dans le monde du foot-business, voir un entraîneur préférer se soumettre au diktat de ses émotions plutôt qu’aux colonnes de ses tableaux Excel a de quoi réjouir les puristes. Il faut saluer la prise de risque: Zidane n’est pas uniquement dans le calcul, il va là où son ardeur lui suggère de prodiguer ses bons soins. Nombreux sont ceux qui se seraient refusés à ce qui pourrait être considéré par le grand public comme, si ce n’est un pas en arrière, au moins une stagnation. Tous les RH vous le diront: sur un CV, il faut donner l’impression d’une évolution permanente, d’un parcours avec une ligne conductrice qui témoigne d’une vision globale de sa carrière en donnant du sens à chaque étape.

Zizou, lui, s’en fout visiblement, n’en déplaise aux chantres de Linkedin. Alors qu’il avait été embauché pour la première fois en janvier 2016 comme une solution de secours suite à la mauvaise première partie de saison de Rafael Benitez, le Français, qui signait alors son premier contrat sur le banc d’une équipe professionnelle, n’était pas en position de négocier. Désormais, le rapport de force est inversé: outre son salaire de ministre, il aura les pleins pouvoirs sur le recrutement et pourra profiter de son rayonnement pour attirer les cadors européens. Avec Zidane à la barre, le Real a une formidable vitrine pour convaincre: Hazard, Mbappé ou encore Neymar auraient-ils envisagé de franchir le pas avec Solari pour guide? Difficile d’être affirmatif, reste qu’avec Zidane la question de l’entraîneur n’est plus un obstacle, bien au contraire.

Il faut aussi souligner que le champ d’action de Zinédine Zidane est limité intrinsèquement par sa maîtrise relative des langues. Outre le français et l’espagnol, ZZ ne pipe pas mot d’anglais. Voilà qui fait figure de barrière insurmontable s’il avait choisi de par exemple jeter son dévolu sur un club de Premier League. De ce point de vue-là, il n’est pas étonnant de le voir retrouver le banc madrilène. Le championnat français n’est pas à la hauteur de ses ambitions, et où aurait-il pu entraîner ailleurs en Espagne sans que le «move» ne soit perçu comme une trahison?

Reste la question de la sélection nationale française, que Zidane a d’ores et déjà qualifié d’objectif. La perspective d’entraîner les Bleus étant barrée par la figure de Didier Deschamps, qui tirera encore au moins un mandat jusqu’à la fin de l’Euro 2020 voire plus si affinités, on imagine volontiers que Zidane n’avait pas envie d’attendre. Au risque 1) de voir sa cote baisser, 2) de s’ennuyer ferme jusque-là.

Avec l’arrivée de Zinédine Zidane, c’est un autre homme qui joue gros en la personne de Florentino Perez. Le président du Real Madrid n’a fait que deux bons choix au cours de la dernière décennie: recruter Cristiano Ronaldo et donner sa chance à Zizou; deux hommes qui ont quitté le nid l’été dernier, avec les conséquences que l’on connait. S’il a réussi à convaincre le coach de revenir, Ronaldo, lui, ne fera pas machine arrière. Il faut espérer pour Perez que c’est bien ZZ, et non CR7, qui était la figure déterminante dans les succès récents du Real Madrid. Sinon, ça va vite se remarquer. (nxp)

Créé: 12.03.2019, 14h50


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.