Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 09:56

Hockey sur glace «La guerre n'est pas perdue»

Olivier Keller, conseiller technique d'un GE Servette en difficulté, veut encore croire aux play-off.

Olivier Keller est confiant mais réaliste: «Notre situation est compliquée.»

Olivier Keller est confiant mais réaliste: «Notre situation est compliquée.» Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Olivier Keller, quel est votre sentiment, à tête reposée, après ce sombre week-end pour GE Servette?

Le sentiment d’avoir perdu une bataille, mais pas la guerre. Le classement de ce championnat reste très serré, chacun peut battre tout le monde. Alors on garde espoir, je le répète : la guerre n’est pas perdue. La défaite de Gottéron, dimanche contre Rapperswil, nous a remis un peu de baume au cœur. A nous, maintenant, d’être très réactifs, de corriger les erreurs et de continuer à aller de l’avant.

Le match de mardi soir à Zurich est-il déjà celui de la dernière chance?

Oui et non. Les matches contre Langnau et Ambri, il ne fallait pas les perdre non plus. Tout dépend aussi des résultats des autres équipes. Nous ne sommes pas maîtres de notre destin, la situation est compliquée. Mais la bonne nouvelle, c’est que c’est aussi compliqué pour d’autres. Nous sommes entrés dans le money-time. En un sens, GE Servette est déjà en play-off.

Avec le risque de ne pas jouer les «vrais»… A quel point cela serait-il un coup dur pour le club?

C’est clair qu’au niveau du budget, une participation ou non aux play-off pèse beaucoup. Si nous ne nous qualifions pas, cela signifiera que nous nous serons plantés, avec toutes les remises en question que cela implique.

A propos de remise en question, on sent que Chris McSorley n’a plus la même assise au sein du club. Comment voyez-vous votre rôle, en tant que conseiller technique sportif, lorsque votre président égratigne votre entraîneur, comme lors de l’interview donnée samedi soir à la RTS?

Depuis que je suis là (ndlr: il a été nommé le 7 janvier), je parle beaucoup avec la direction et avec Chris aussi, en toute transparence. L’idée, c’est que le staff, en qui nous avons entièrement confiance, puisse travailler en toute sérénité. C’est pour cette raison que le président Strawson, après son interview à la RTS, a précisé que McSorley resterait là jusqu’à la fin de la saison.

Ce qui revient presque à dire qu’il ne sera plus à la bande la saison prochaine, non?

C’est un peu trop vite pour tirer de grandes conclusions. Je déteste ces présidents qui, quelques jours après leur avoir renouvelé toute leur soi-disant confiance, virent leur entraîneur. Là, après discussions, nous avons décidé de ne pas mettre la pression, de laisser les gens travailler et de voir ensuite. Cela ne sert à rien de tirer à gauche et à droite, il faut faire les choses tranquillement. Nous analyserons la situation au terme de la saison.

Vous est-il arrivé, ces derniers jours, de vous demander dans quelle «gonfle» vous vous étiez fourré?

(Il rigole). Non. Quand on entre dans une entreprise, c’est plutôt chouette d’entamer une mission où il y a des choses à faire. C’est aussi pour cette raison que le projet m’a botté. On essaie de mettre en place une nouvelle structure, avec une autre approche. Quand tout est beau et cool, c’est super. Mais c’est aussi bien d’avoir des défis à relever. Là, c’est un peu noir. Mais je pense que nous allons nous en sortir. Aux joueurs et au staff de prendre leurs responsabilités, de faire le nécessaire.

Créé: 11.02.2019, 21h51


Sondage

Selon vous, qui mérite de remporter le prix "The Best FIFA"











Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.