Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 00:12

Hockey sur glace Suisse - Russie: l'analyse détaillée

Au lendemain de sa défaite contre la Suède, la Suisse a connu un second revers de rang face à la Russie. «Le Matin» a décrypté ce match.

Image: Keystone

Suisse - Russie 0-3 (0-1 0-1 0-1)

Bratislava. Ondrej Nepala Arena, 9056 spectateurs. Arbitres: MM. Björk (Suè), Tufts (EU); Malmqvsit (Suè) et Oliver (EU).

Buts 4e Anisimov (Orlov, Gusev) 0-1. 27e Kucherov (Gusev/5 c 4) 0-2. 56e Kucherov (Anisimov, Zaitsev) 0-3.

Suisse Genoni; Frick, Fora; Loeffel, Genazzi; Josi, Weber; Diaz; Praplan, Bertschy, Scherwey; Fiala, Hischier, S.Moser; Ambuehl, Kurashev, Andrighetto; Martschini, Haas, Hofmann; Rod. Entraîneur: Fischer.

Russie Georgiev; Zaitsev, Orlov; Nesterov, Khafizullin; Gavrikov, Zadorov; Sergachyov; Telegin, Andronov, Kovalchuk; Kaprizov, Kuznetsov, Ovechkin; Gusev, Anisimov, Kucherov; Malkin, Grigorenko, Dadonov; Barabanov. Entraîneur: Vorobyov.

Notes la Suisse sans Niederreiter (en transit), J.Moser (blessés), Berra ni Bertaggia (surnuméraires). La Russie sans Sorokin et Plotnikov (surnuméraires). L’équipe de Suisse sans gardien de 56’23’’ à la fin du match. Temps mort: Suisse (59e).

Pénalités 4 x 2’ contre la Suisse; 7 x 2’ contre la Russie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’équipe de Suisse s’est pris un mur face à un adversaire contre qui elle n’a plus gagné depuis l’an 2000. Si le score n’est finalement pas trop sévère, l’impression visuelle a parfois été compliquée. Mais la défense a tenu globalement bon, ce qui est encourageant pour la suite. Analyse poste par poste.


Comment a joué la Suisse?

Patrick Fischer se cherche toujours après six matches. Au terme du premier tiers-temps, le sélectionneur national a une nouvelle fois brassé ses lignes après l’avoir déjà allègrement fait au début du match. Parfaitement bloqués en zone neutre par la défense russe, les Suisses ont sacrément peiné à se défaire du pressing de leur adversaire. Ils n’ont que rarement pris l'arrière-garde de la Sbornaja de vitesse. Seul Tristan Scherwey est parvenu à se présenter seul face au gardien adverse. Défensivement, la performance est tout de même aboutie grâce à un excellent Leonardo Genoni.

De nouvelles lignes, mais un zéro pointé lassant. Cette fois-ci, par contre, les actions dangereuses ont existé. Mais il faudra s'en contenter. Philipp Kurashev a été chassé de la seconde unité au profit de Simon Moser. Le joueur d’impact a fait de la place et permis à Lino Martschini de se créer plusieurs occasions. L’arrivée de Nino Niederreiter, mardi, ne sera tout de même pas un luxe pour une équipe dont la statistique en power-play est chaotique (13,79%).

Lorsque Nikita Gusev et Nikita Kucherov combinent dans la zone en supériorité numérique, il faut se lever de bonne heure pour les arrêter. Ce but intervient après une période de pression asphyxiante (vidéo ci-dessous). Le une-deux des deux stars russes a fait se lever tout l’Ondrej Nepela Arena. Difficile de pointer du doigt la boîte suisse sur cette action de classe mondiale. Les deux autres situations d’infériorité numérique ont été gérées sans encombre. Contrairement au power-play, le box-play est une des satisfactions de cette équipe de Suisse.


Les notes des joueurs

L'homme du match: Leonardo Genoni - 34 tirs, 31 arrêts

Le gardien de Berne a été dominant mais bien trop abandonné à certaines occasions, notamment sur les 0-1 et 0-3. Rapide dans ses déplacements, il n'hésite pas à sortir de sa cage pour aider son arrière-garde. Si la Suisse a pu y croire si longtemps, c'est aussi grâce à lui.

Romain Loeffel - 14’02’’ de jeu

Le Neuchâtelois de Lugano a failli être récompensé de ses allants offensifs à la 34e. Il n'a hélas pas pu marquer le but qui aurait relancé son équipe. Très solide défensivement, il a réalisé un miracle en toute fin de match sur Kuznetsov. Un très gros match de sa part.

Gaëtan Haas - 17’37’’ de jeu

Le Biennois a une nouvelle fois été très en vue et confirme sa montée en puissance dans ce tournoi. Toujours aussi efficace dans son replacement défensif, Gaëtan Haas a fait parler sa vitesse à plusieurs reprises. Son action du début de seconde période aurait mérité meilleur sort (vidéo ci-dessous). Après avoir commencé le match avec Hofmann et Martschini, il a été replacé sur une ligne en compagnie d'Andrighetto et Scherwey. Dommage qu'il n'a pas gagné ses engagements (6/19). Cela gâche un peu la performance.

Andres Ambuehl - 16’22’’ de jeu

Il a terminé la rencontre au centre de Lino Martschini et Grégory Hofmann. Avec la dégradation de Kurashev (on y reviendra), le Grison risque de devoir prendre un rôle différent pour la suite du tournoi. Polyvalent, Patrick Fischer peut se dire qu'il a eu sacrément fin nez de le sélectionner. Hier encore, Andres Ambuehl a été l'un des meilleurs Suisses.

Lino Martschini - 12’58’’ de jeu

Le joueur de Zoug a livré une prestation très inspirée avec notamment sept tirs cadrés. Peu en réussite à la finition, il a compensé par une débauche d'énergie communicative. Souvent raillé pour ses 168 centimètres, Lino Martschini a prouvé qu'il était capable de s'imposer physiquement (vidéo ci-dessous). Face à Vladislav Gavrikov qui fait une tête de plus que lui, l'ailier a dans un premier temps gagné un duel avant de récupérer la rondelle pour foncer vers le but. Il tient ensuite bon face à son défenseur géant pour permettre à Gaëtan Haas de se faufiler. Un match très abouti de Martschini.

Sven Andrighetto - 14’02’’ de jeu

Il semble être amené à jouer un rôle en vue dans la suite du tournoi. Après la mise de côté de Philipp Kurashev, Patrick Fischer lui a fait confiance pour épauler les Bernois Haas et Scherwey. Une association pour le moins intéressante. L'arrivée de Niederreiter changera-t-elle une nouvelle fois la ligne d'Andrighetto? Il a parfois tendance à tirer la couverture à lui notamment en restant 1'30'' sur un power-play alors que Simon Moser piaffait pour entrer.

Tristan Scherwey - 13’35’’ de jeu

Le chef de meute a été irréprochable au niveau de l'engagement tant physique que mental. Il s'est couché sur un tir d'Alexander Ovechkin en début de match (vidéo ci-dessous) et n'a jamais rechigné à la tâche. Si seulement il avait pu trouver la faille sur son échappée de la 24e...

Roman Josi - 25’57’’ de jeu

Devient-on trop exigeant avec lui? Toujours est-il qu'hier, le Bernois n'a pas été aussi dominant qu'à son habitude malgré un très gros temps de jeu. Solide et porté sur l'offensive, il n'a pas contribué tant à 5 contre 5 qu'en power-play. Il semble toutefois avoir pu retrouver la position qui est la sienne en supériorité numérique à Nashville. Plus décalé sur la droite, il fera peut-être enfin trembler les filets dans un futur proche?

Simon Moser - 16’32’’ de jeu

Avec Tristan Scherwey, il est un des rares à avoir eu un impact significatif sur le plan physique. Il a tenté de surnager avec un Nico Hischier guère inspiré, mais n'a pas été franchement aidé. Ce rôle de «power-forward» est peut-être davantage taillé pour lui que pour Vincent Praplan qui n'avait pourtant de loin pas démérité sur les quatre premiers matches du tournoi. Il es l'un des seuls attaquants à jouer sur le box-play et le power-play.

Kevin Fiala - 19’10 de jeu

Le Saint-Gallois a parfaitement répondu au combat physique malgré son gabarit moins impressionnant que les arrières russes. Lui aussi profiterait d'un Nino Niederreiter sur sa ligne pour lui permettre d'avoir davantage d'espaces. Kevin Fiala a inlassablement travaillé mais n'a pas été récompensé.

Yannick Weber - 12’39’’ de jeu

Précieux sur le box-play, on aimerait voir le Bernois un peu plus impliqué offensivement même si, et on l'a déjà écrit, ce n'est plus son jeu. A nouveau une prestation sobre. Ni bon, ni mauvais, en somme.

Joel Genazzi - 11’34’’ de jeu

Rarement hors de position, le Lausannois continue son bon tournoi. Sur la glace lors du 0-3, il paraît difficile de l'en blâmer. Contrairement aux matches précédents, Joel Genazzi n'a cette fois-ci pas été autant menaçant en zone offensive. Mais face à une équipe aussi dangereuse que la Russie, il faut savoir trouver un bon équilibre. Et Romain Loeffel et lui-même le font à merveille.

Grégory Hofmann - 15’42’’ de jeu

Le futur zougois a sans cesse tenté de trouver des espaces dans les lignes arrières russes. Vif et énergique, il n'a que rarement été servi dans de bonnes conditions. En supériorité numérique, Grégory Hofmann s'est retrouvé une fois en excellente position mais son tir n'est pas parti aussi fort que d'habitude. Dommage.

Raphael Diaz - 18’09’’ de jeu

Mr Propre a livré un match solide et aurait même pu offrir un but à Grégory Hofmann si ce dernier avait été un poil plus en réussite (14e). L'inspiration de Raphael Diaz était belle à voir. Comme depuis plusieurs matches, il participe au naufrage en power-play.

Nico Hischier - 16’51’’ de jeu

Deuxième match consécutif très compliqué pour Nico Hischier. A force, on aurait pu oublier que le Haut-Valaisan n'a que 20 ans et n'est pas (encore) le leader de cette équipe nationale. Il a souvent été gêné par le jeu très physique des Russes. C'est lui qui a écopé d'une pénalité bête qui a offert le 0-2 aux Russes. Un nouveau match à oublier pour le No 13 de l'équipe de Suisse qui a encore perdu le puck sur le 0-3 (vidéo ci-dessous). Sa statistique aux engagements (2/9) vient ponctuer le tout.

Michael Fora et Lukas Frick - 13’15’’ et 12'05'' de jeu

Le duo qui réalise un bon championnat du monde a été à la peine face aux véloces attaquants russes. Et même face aux défenseurs, d'ailleurs. En tout début de match, ils paraissent bien empruntés face à Dmitri Orlov qui leur tourne autour avant le 1-0 d'Anisimov (vidéo ci-dessous). Les deux arrières ne sont pas les seuls coupables puisque les cinq hommes sur la glace se sont faits abuser. Mais Lukas Frick et Michael Fora n'ont pas été en mesure de freiner leurs adversaires. Globalement une performance à oublier pour eux.

Sur cette seconde scène ci-dessous, Michael Fora perd un puck en zone offensive et se rate totalement au moment d'effectuer sa mise en échec. Dur dur.

Christoph Bertschy - 11’42’’ de jeu

Très en vue depuis le début du tournoi, le Lausannois a alterné le bon et le moins bon durant toute la rencontre. Rapide et impliqué en début de match, il n'a pas cadré sa meilleure occasion. Par la suite, il s'est fait très discret même s'il a remporté 4 de ses 7 engagements.

Vincent Praplan - 9’58’’ de jeu

Rétrogradé en quatrième ligne, le Valaisan n'est pas autant en valeur qu'il n'a pu l'être en début de tournoi avec Kevin Fiala et Nico Hischier. Une prestation finalement assez quelconque. Son temps de jeu a baissé en fin de match. Mauvais signe pour la suite?

Noah Rod - 8’14’’ de jeu

Il a tenté d'amener des émotions dans la partie malgré un temps de jeu toujours bien limité. Rien à signaler dans un match où il aurait peut-être pu amener son impact physique.

Personne

A trop peu joué pour être noté: Philipp Kurashev - 2'54'' de temps de jeu

Le joueur de centre de 19 ans a été envoyé au bout du banc en milieu de première période. La marche est un peu élevé pour celui qui débarque de la ligue juniors québécoise. La suite de son tournoi devrait être plus discrète.

Créé: 20.05.2019, 14h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.