Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 20:53

Hockey sur glace Dubé: «Sean Simpson a été très ouvert»

Christian Dubé reste l’entraîneur en chef de FR Gottéron. Le directeur sportif explique son choix et détaille le rôle qu’endossera Sean Simpson.

Christian Dubé: «J’ai besoin d’aide, que ce soit sur le plan tactique ou du coaching».

Christian Dubé: «J’ai besoin d’aide, que ce soit sur le plan tactique ou du coaching». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Christian Dubé, vous restez sur le banc de FR Gottéron en tant qu’entraîneur principal tandis que Sean Simpson sera là pour vous épauler. Concrètement, comment allez-vous fonctionner?

C’est très simple, rien ne change concernant Pavel Rosa et moi-même. Sean Simpson va nous rejoindre et nous épauler. J’ai besoin d’aide, que ce soit sur le plan tactique ou du coaching car il se passe tant de choses durant un match. L’expérience de Sean sera bénéfique. D’autre part, je continuerai d’assumer en parallèle mon rôle de directeur sportif.

Et qui dirigera les entraînements?

De nouveau, rien ne change. Pavel Rosa et moi-même allons continuer de nous occuper des entraînements, mais Sean Simpson sera aussi là pour nous conseiller et nous apporter de nouvelles idées, de nouveaux exercices.

A-t-il été difficile de le convaincre de rester en retrait, en quelque sorte?

Non, il a été très ouvert. Pour lui, c’est aussi une belle opportunité. Il revient en Suisse avec un contrat jusqu’à la fin de la saison et débarque dans une équipe au sein de laquelle il a déjà coaché huit ou neuf joueurs dans sa carrière d’entraîneur (ndlr: dont Reto Berra et Philippe Furrer lors des Mondiaux 2013 à Stockholm).

Après votre premier match à la tête de FR Gottéron (une victoire contre Rapperswil quelques heures après le licenciement de Mark French), vous nous aviez dit que vous ne vouliez pas rester au poste d’entraîneur. Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis?

Il ne faut jamais dire jamais… Notre victoire sur la route à Lugano, couplée à un deuxième succès de suite contre Davos m’ont fait réfléchir. J’ai vu que le courant passait avec l’équipe, que quelque chose de positif se passait. Je n’avais pas envie de casser cette dynamique et de tout recommencer avec quelqu’un d’autre sans véritablement savoir où nous irions. Si je n’avais pas senti que les joueurs étaient à l’aise avec moi à la bande, j’aurais laissé ma place à quelqu’un d’autre. A l’interne, on m’a aussi demandé de rester. Je suis prêt à tout pour que Gottéron ait du succès.

Créé: 20.10.2019, 22h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.