Samedi 25 mai 2019 | Dernière mise à jour 21:37

Hockey sur glace A la fin, c’est toujours le CP Berne qui gagne

Hockey sur glace. L’équipe de la capitale a gagné son 16e titre national en dominant Zoug 4-1 dans la finale (2-1 lors de l’acte V).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les premières notes du réglementaire «We are the Champions» n’avaient pas encore eu le temps de résonner que les odeurs de cigare avaient déjà envahi la PostFinance Arena. Hier, la question semblait être «A quel moment Berne deviendra-t-il champion?» et non «Berne va-t-il gagner?». Preuve en est cette supportrice croisée 1h avant le match, rageant d’avoir oublier ses confettis. C’est ainsi lorsque l’on a tellement l’habitude de triompher. Perdre ne devient même plus une option. Il s’agit là de cette fameuse culture de la gagne tellement difficile à implémenter, mais si déterminante dans les moments clés.

Hier, le SCB a une nouvelle fois fait une démonstration éclatante de cette supériorité acquise année après année. Titre après titre. Plus Zoug pressait pour égaliser et plus les Ours se montraient solides. Plus Leonardo Genoni était intransigeant. Comme si rien ne pouvait arriver à l’équipe de la capitale. D’ailleurs, rien ne lui est arrivé. Un but de Blum à la 39e lui a permis de prendre un avantage décisif. Et dire que quelques minutes plus tôt, le EVZ s’est vu justement refuser un but - le 1-2 - après consultation des images vidéos. Sur cette action, le gardien bernois avait même commis une bourde monumentale. Mais il semblait définitivement écrit que l’équipe de la capitale soulèverait l’espèce d’horrible porte-manteaux jaune en fin de soirée…

Première depuis 1959

Ce titre bernois tombe pile une semaine après celui des Young Boys. Samedi dernier, les footballeurs avaient fêté leur sacre en profitant d’un faux-pas du FC Bâle. La ville de Berne fête donc un doublé pour la première fois depuis 60 ans. Cela fait en effet depuis 1959 que les deux clubs n’avaient pas triomphé simultanément. Ce bonheur partagé n’arrive d’ailleurs que pour la quatrième fois de l’histoire du sport suisse. Outre la capitale, Zurich a également hébergé les deux champion. C’était en 1966 (Zurich en football et Grasshopper en hockey sur glace) ainsi qu’en 2001 (Grasshopper en football et les Zurich Lions en hockey sur glace).

Zoug s’est certes incliné sèchement dans cette finale, mais la formation de Suisse centrale a probablement appris beaucoup de choses lors de ces quatre défaites consécutives. Au moment où les dirigeants du club remuent ciel et terre (et porte-monnaie) pour remporter un premier titre depuis 1998, ils ont également pu toucher du bout des doigts ce trophée qui les fuit depuis si longtemps. Forts de cette expérience - certes douloureuse -, les Zougois devraient revenir encore plus forts la saison prochaine. Avec Leonardo Genoni dans les buts, qui plus est. Un gardien qui a déjà été titré quatre fois. Si la différence n’est s’est pas faite uniquement devant le filet, mais la classe de «Leo» a permis de faire basculer une ou l’autre rencontre lors de ces play-off.

La culture de la gagne, ce n’est pas que penser à prendre ses confettis et cigares lors d’un match du titre.

(nxp)

Créé: 21.04.2019, 10h01

Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.