Mardi 20 novembre 2018 | Dernière mise à jour 18:22

Hockey sur glace La French touch? Un franc succès

Mark French a logiquement vu son contrat être prolongé par les dirigeants de FR Gottéron jusqu’en 2021. La greffe a été immédiate.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

N’importe quel architecte vous le dira: il est largement plus facile de tout raser pour commencer une nouvelle construction. Et c’est justement dans de telles circonstances qu’a travaillé Mark French lors de son arrivée sur les bords de la Sarine.

Les ruines d’une saison foirée (11e et sauvé en play-out) étaient encore fumantes lorsqu’il a débarqué dans le vestiaire des Dragons, à l’été 2017. Là où Craig Woodcroft, débarqué en même temps du côté de Genève, a combattu une ombre plus grande que le club - celle de Chris McSorley -, Mark French a eu les coudées franches. Une liberté totale pour implémenter son système, ses idées et ses valeurs. Ses premiers mots à ses joueurs? «Du passé faisons table rase. Faites moi confiance, je sais où nous allons.»

Il a su instiller la confiance dans son vestiaire, bien aidé par des résultats qui ont immédiatement été positifs. «C’était capital pour que les gars croient en moi», nous avait-il confié au soir de l’élimination, dans les couloirs de la Resega. Alors que les esprits étaient encore échaudés par cette défaite difficile à avaler, Mark French, lui, avait déjà la lucidité de faire un pas de côté pour apprécier le chemin parcouru depuis son arrivée. Car il faut dire qu’il était parti de loin. De très loin, même. «Cela se sentait que tout le monde était encore traumatisé par la saison 2016-2017, a-t-il détaillé. Il fallait donc trouver le juste équilibre entre rigueur et paternalisme.»

Fin psychologue

Drench est diplômé de psychologie, et c’est précisément sur la corde mentale que la majeure partie de son travail, dans un premier temps, a eu un impact. Le principal intéressé, lui, s’en défend par modestie. Il préfère minimiser cet aspect au profit des vertus d’un travail collectif acharné. Sur la glace, c’est pourtant une équipe transfigurée qui est descendue sur la glace soir après soir. Preuve que les joueurs de FR Gottéron, dans un premier temps, l’ont suivi les yeux fermés. Et il n’a pas fallu longtemps pour que les dirigeants des Dragons leur emboitent le pas.

Mais s’il n’était doué qu’à redonner confiance à un groupe meurtri, Mark French ne serait pas entraîneur de hockey. Il serait psychologue du sport. Non, sur l’aspect technique et tactique, il a su faire l’unanimité. Au détour d’une discussion informelle avec un agent, la conviction de la qualité de son travail était faite. «Il est terriblement bon, nous a confié le spécialiste du milieu. Un joueur que j’ai placé à FR Gottéron m’a immédiatement appelé pour me dire à quel point ce coach était intéressant et qu’il était content d’y jouer.»

Dans ces conditions, ce n’est pas un hasard si Christian Dubé s’est empressé de lui coller un stylo dans la main pour parapher une nouvelle entente. Pour quitter la zone rouge dans laquelle il était englué, Fribourg - et donc son directeur sportif - avait besoin de trouver la bonne personne. Avec Mark French, la greffe a été immédiate. Il faudra s’habituer à le voir derrière le banc des Dragons pour les prochaines saisons. (nxp)

Créé: 13.09.2018, 15h05

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.