Mardi 16 octobre 2018 | Dernière mise à jour 12:08

Hockey sur glace GE Servette mis en demeure par la Ville

La première tranche du loyer pour la patinoire des Vernets n'a toujours pas été payée par le club. La Ville de Genève a réagi.

Hugh Quennec, président dans la tourmente, se tournera-t-il vers le groupe local d’investisseurs qui se dit prêt à sauver le club grenat?

Hugh Quennec, président dans la tourmente, se tournera-t-il vers le groupe local d’investisseurs qui se dit prêt à sauver le club grenat? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La crise qui secoue GE Servette est grave. Le dernier coup de tonnerre est immense: il émane de la Ville de Genève. Dans les faits, le club grenat doit s’acquitter d’un loyer pour la location de la patinoire des Vernets. Le paiement s’effectue en trois tranches, au mois d’août, au mois de décembre et à la fin de la saison. Or la première tranche, celle d’août, n’a toujours pas été réglée malgré trois rappels envoyés par la Ville de Genève.

Sami Kanaan, conseiller administratif chargé de la Culture et du Sport, résume la situation. «Je suis très, très inquiet, insiste-t-il. En fait, nous avons zéro retour de la part du club sur sa situation financière actuelle. Nous sommes pourtant partenaires, mais nous ne sommes absolument pas informés. Dans ces conditions, avec cet argent qui est dû, nous allons envoyer une mise en demeure ces prochains jours au club, pour le paiement des sommes en jeu.»

La Ville de Genève n'est pas le seul créancier

À l’année, cela fait 240 000 francs. Mais le cas est suffisamment symbolique pour faire craindre le pire quant à l’étranglement qui asphyxie GE Servette.

Autant dire que l’image renvoyée se détériore encore plus et que l’urgence de la situation impose de trouver très rapidement une solution. Hugh Quennec, président dans la tourmente, se tournera-t-il vers le groupe local d’investisseurs qui se dit prêt à sauver le club grenat? Serait-il d’accord de vendre ses actions?

À noter qu’un certain Chris McSorley devrait figurer dans ce groupe. Le temps presse plus que jamais parce que la Ville de Genève n’est pas le seul créancier d’un club financièrement exsangue. (Le Matin)

Créé: 13.01.2018, 08h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters