Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 14:12

Hockey sur glace Comme des grands

L’équipe de Suisse a remporté son troisième match en autant de sorties en ne laissant aucune chance à l’Autriche (4-0).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce qui impressionne le plus depuis le début du tournoi de cette équipe de Suisse? Les neuf points? Le différentiel de buts (16-1)? Les deux blanchissages? Non! Son attitude. Forte de sa médaille d’argent remportée l’an dernier au Danemark, la sélection de Patrick Fischer a démarré son tournoi avec un statut de vice-champion du monde à assumer. Et elle fait bien plus que cela, pour le moment.

Car cette victoire face à l’Autriche, la Suisse est allée la chercher comme une grande nation. A défaut d’être réaliste devant le but adverse, la sélection nationale compense par des qualités bien différentes: calme, patience et gestion des situations spéciales. Elle l’a une nouvelle fois prouvé contre son voisin autrichien.

Certes, l’affaire aurait dû être pliée bien avant le 2-0 de Josi (54e), mais la troupe de Patrick Fischer a sans cesse semblé être en contrôle. Le seul moment de flottement? Au milieu de la première période, lorsque Roman Josi a écopé d’une double pénalité mineure pour crosse haute. Hormis cette infériorité numérique parfaitement gérée, les Helvètes ont toujours dicté le rythme du match.

L'état d'esprit des grands

Comme des grands, les Suisses ont su faire la différence dans les moments importants. Leur adversaire vient de rater une chance en power-play? Ils lui ont cloué le bec en contre-attaque. Les Autrichiens s’apprêtent à se ruer à l’attaque pour égaliser? Les hommes de Patrick Fischer ne leur laissent pas l’occasion et tuent le match à la 54e avant de donner un peu de relief au score en fin de match. Exactement ce qu’aurait fait une nation telle que la Suède ou le Canada contre un plus petit qu’elle.

La Suisse est-elle devenue une nation de ce calibre? Non. Mais elle semble vraiment s’en approcher au niveau de l’état d’esprit. Cette confiance en elle qui lui permet de jouer de manière concentrée durant 60 minutes sans jamais devoir parer au plus pressé. Ne reste désormais plus que la Norvège comme «petit» au programme avant de pouvoir compter sur deux jours de congé. Dès samedi, les Helvètes se frotteront aux historiques «gros» avec la ferme intention de prouver qu’ils ont quelque peu comblé la marge qui les sépare des Suédois, Tchèques et Russes. (nxp)

Créé: 14.05.2019, 23h42

Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.