Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 18:11

Hockey Kenins: «J’ai dit à Genazzi de garder la tête levée»

Ce soir (20h15), la Suisse affrontera la Lettonie de Ronalds Kenins et Bob Hartley. Un match spécial pour les deux hommes.

Le Letton a marqué pour son entrée en lice.

Le Letton a marqué pour son entrée en lice. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a beau «cracher» le dialecte alémanique, Ronalds Kenins est bel et bien un joueur de l’équipe de Lettonie. Dans les coulisses de l’Ondrej Nepela Arena, l’ailier du Lausanne HC s’est entretenu tour à tour avec ses coéquipiers du LHC que sont Christoph Bertschy, Joel Genazzi et Lukas Frick. «Défier la Suisse est toujours un moment particulier pour moi, nous a-t-il confié. Je suis arrivé dans ce pays en 2007. Cela fait donc un moment que je m’y sens bien.»

Ce soir, c’est donc face à sa nation d’adoption qu’il patinera. Il dispute actuellement son huitième championnat du monde avec le pays balte. Sa première sortie face à l’Autriche (5-2) s’est soldé par une prestation solide avec deux points (1 but, 1 assist). Le rapide et puissant ailier a-t-il prévu un plan d’action spécifique en cas de un contre un face à Joel Genazzi? «C’est qui?», a-t-il pouffé avant de reprendre son sérieux. «Je lui ai dit de garder tout le temps la tête levée pour essayer de me voir arriver (rires).» Il est vrai que Ronalds Kenins est réputé pour son coup de patin affûté, lui qui avait établi le record du joueur le plus rapide lors du dernier championnat du monde, au Danemark. Sur les patinoires nordiques, il avait été «flashé» à plus de 41 km/h.

Hartley: «Grand respect»

Ce match aura également une saveur à part pour Bob Hartley, entraîneur canadien de la Lettonie qui a transité par la Suisse, à Zurich. «Tous les pays devraient s’inspirer de la structure de formation helvétique, nous a-t-il expliqué. Ils reçoivent actuellement les lauriers du travail qui a été bien fait en amont avec de bonnes personnes qui travaillent aux bons endroits. Je l’ai constaté de mes propres yeux dans l’organisation des ZSC. Cette médaille d’argent de l’année dernière ne m’a pas surpris.»

L’Ontarien de 58 ans, qui avait remporté le titre national avec les Lions en 2012, garde une place spéciale dans son coeur pour la Suisse. «De la formation présente en Slovaquie, j’avais Andres Ambühl sous mes ordres, s’est-il souvenu. Un vrai professionnel. Je suis heureux de le voir toujours en équipe de Suisse aujourd’hui. J’ai également des contacts privilégiés avec Raphi Diaz ou Reto Berra.» Et qu’attend le technicien de cette rencontre? «Affronter la Suisse, c’est toujours un défi intéressant, a-t-il détaillé. C’est une belle équipe remplie de vitesse. En une année passée chez vous, j’ai développé un grand respect pour ce pays.»

Créé: 12.05.2019, 13h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.