Lundi 12 novembre 2018 | Dernière mise à jour 18:10

Hockey sur glace «De là-haut, mon père veille sur Gottéron»

Yvan Haymoz aurait aimé que son père Laurent, ancien président de FR Gottéron décédé en février, puisse assister de son vivant à la finale contre Berne.

Yvan Haymoz espère que FR Gottéron remportera le titre pour honorer la mémoire de son père.

Yvan Haymoz espère que FR Gottéron remportera le titre pour honorer la mémoire de son père. Image: Yvain Genevay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a une semaine, quand Benjamin Conz et ses potes venaient à bout de la pression zurichoise, l’émotion, immense, est remontée à la surface. «Je ne vous cache pas que j’ai eu les larmes aux yeux, soupire Yvan Haymoz. Les sentiments étaient partagés entre la tristesse liée au décès de mon père et la joie de revoir notre club au plus haut niveau 19 ans après.»

Il était peu après 22 h 30 jeudi passé. Le fils de Laurent, l’ancien président de FR Gottéron décédé subitement le 3 février sur son vélo à Majorque, voyait la BCF Arena entrer en fusion en même temps que son cœur. «Beaucoup de monde m’ont dit: «De là-haut, il veille sur cette équipe. Il lui donne un coup de pouce.»

«C’était sa finale»

Toute la famille proche de l’ancien président, comme de nombreux membres appartenant à celle de FR Gottéron, ont eu une pensée pour l’un des plus grands artisans, en coulisses, de ce magnifique succès. «C’était sa finale. Il devait être là. C’est comme si vous vous trouvez à 10 mètres de la ligne d’arrivée d’une course cycliste et que vous ne récoltez pas les fruits de vos efforts.»

Dans ces moments-là, l’injustice et la tristesse se disputent à la joie, à la fierté et à l’honneur. Yvan Haymoz a vécu ces indescriptibles entrelacs de sentiments opposés. «Le plus bel hommage que cette équipe peut faire à mon père, c’est donner toute son énergie sur la glace pour essayer d’aller décrocher ce titre. Ça ne nous le rendra pas, mais ça servirait son honneur, sa mémoire et ça rendrait heureux tout un canton.»

La mémoire du dirigeant trop tôt disparu reste vivace dans l’antre du Dragon. En témoignent ces maillots de match sur lesquels figurent ses initiales. «Durant la Coupe Spengler, il était tellement fier de pouvoir proposer au public une équipe compétitive et belle à voir jouer. Il était tellement heureux de savoir qu’elle aurait, cette année, une vraie chance de se battre pour le titre.»

Il ne verra pas de son vivant cet ultime combat face au CP Berne. Yvan Haymoz a par contre observé de très près les importants efforts déployés par son père pour remettre à flot un navire qui naviguait en eau trouble. «Il a d’abord œuvré à la commission financière, avant de rejoindre le conseil d’administration en 2006, puis la présidence il y a deux ans et demi», rappelle ce papa de deux enfants, dont l’aîné est fan d’Andreï Bykov.

«L’ambassadeur d’un canton»

Yvan Haymoz est lui-même impliqué dans les sphères dirigeantes du finaliste de LNA. Il est membre de la commission financière depuis 2006, comme l’était son papa. En octobre 2001, il se faisait l’auteur, sur demande du président d’honneur, Gaston Baudet, d’un travail de fin d’études à l’Université de Fribourg intitulé: «Les effets économiques et sociaux de FR Gottéron sur le canton de Fribourg». «Je les avais chiffrés à un peu plus de 3 millions alors que le budget s’élevait à 7 millions», explique-t-il. «Imaginez l’impact avec le budget actuel. A cela, il faut ajouter les effets sociaux.»

Leur portée est aisément palpable. «FR Gottéron, c’est l’ambassadeur de tout un canton. En 2006, nous nous étions aussi rapidement rendu compte de l’impact social qu’il générait. Il était si intense que les sponsors principaux ne pouvaient pas tout laisser aller à vau-l’eau.»

L’engouement actuel est là pour rappeler l’identification véhiculée par ce club si mal en point quand Laurent Haymoz et la nouvelle équipe dirigeante sont arrivés au conseil d’administration. «Tout ce qui se passe aujourd’hui n’est pas la conséquence d’un coup de baguette magique, mais le fruit de sept années de dur labeur, abattu par toute une équipe. Entre décembre 2006 et mars 2007, avec la commission financière et mon père, nous avons passé 20 à 25 soirées à remettre de l’ordre dans la comptabilité du club.»

Que la passion perdure

Le domaine d’Yvan Haymoz. Cet ancien cycliste professionnel (deux ans, en 1998 et en 1999, chez Post Suisse Team) n’est-il pas devenu expert comptable? «Toute la famille a travaillé dans le domaine financier et a pratiqué un sport de compétition. On continue de venir au match ensemble pour soutenir le club», précise le fils. Il ne peut pas s’empêcher, comme tous ses proches, d’avoir l’espoir que la passion pour FR Gottéron perdure et que les dirigeants actuels et futurs poursuivent sur la voie tracée par Laurent Haymoz. (Le Matin)

Créé: 04.04.2013, 11h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.