Dimanche 23 septembre 2018 | Dernière mise à jour 09:41

Hockey sur glace Messieurs les gardiens, reprenez-vous!

Si les trois Romands espèrent revenir dans leur série de playoff (ce soir à 20h15), ils devront pouvoir compter sur un gardien plus inspiré que samedi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Secoués samedi soir, GE Servette, FR Gottéron et Bienne ont eu deux jours pour effectuer certains ajustements technico-tactiques. Mais il est un poste-clé où les alternatives n’existent dans aucune des formations: les gardiens. Les trois Romands engagés en série éliminatoire n’ont pas de Nos 2 qui peuvent légitimement revendiquer une titularisation ce soir. Alors la solution se trouve entre les deux oreilles de MM. Mayer, Brust et Hiller.

Précieux en saison régulière, aucun n’a justifié son rôle de titulaire indiscutable lors de l’acte I des quarts de finale. Tant s’en faut. Mais le dernier rempart des Aigles est très clairement celui dont la prestation a été la plus remarquée malgré sa brièveté (20 minutes). Chassé après un tiers-temps, Robert Mayer a fait rejaillir la désagréable impression qu’il avait laissée la saison dernière. Lors d’une série face à Zoug où il avait été désastreux, le Genevois avait déjà été remplacé deux fois en quatre rencontres. À chaque fois, Christophe Bays avait dû tenter de sauver les meubles. Comme ce fut de nouveau le cas samedi à Berne.

Mayer coutumier des bourdes

Alors, quel est le souci du dernier rempart du GSHC? «Techniquement, il n’y a aucun problème avec Robert Mayer, remarque Pierre-André Reuille, ancien gardien, notamment de GE Servette. Au contraire, je trouve qu’il est plutôt élégant et propre. Mais j’ai surtout l’impression de voir une régression chez lui ces dernières années. C’est cet aspect le plus gênant.»

Les chiffres viennent confirmer l’impression visuelle. S’il se montre solide lorsque l’enjeu n’est guère plus grand qu’un match de saison régulière parmi tant d’autres, Robert Mayer a souvent tendance à griller un fusible lors des play-off. Comment expliquer ses nombreuses sorties aux fraises tant la saison dernière que samedi soir dans la capitale? Comment expliquer son coup de colère de 2015 lorsqu’il avait frappé un Luganais au visage? À force d’accumuler les lignes à son palmarès, l’ancien joueur de Montréal cristallise toujours plus les critiques. «Depuis samedi, nous avons beaucoup parlé avec lui, a assuré Sébastien Beaulieu, entraîneur des gardiens. Il était prêt pour cette première rencontre. Toute l’organisation a confiance en lui.»

Des buts sur la conscience

Si à FR Gottéron et à Bienne la question de faire jouer le substitut peut être rapidement balayée, le «cas» Christophe Bays pourrait être débattu avec un rien plus de sérieux. Physiquement toutefois, sa capacité à enchaîner les matches n’a pas été prouvée durant la saison régulière. C’est pourquoi il ne devrait se contenter que de l’ouverture de la porte sur le banc de son équipe.

Du côté de la Tissot Arena et de la BCF Arena, les raisons de croire en une réaction d’orgueil du dernier rempart sont autrement plus nombreuses. À respectivement 36 et 34 ans, Jonas Hiller et Barry Brust ont plus de matches de play-off sur leur carte de visite. Toujours est-il que les deux hommes ont également des buts sur la conscience. Et, comme aux Vernets, les espoirs de revenir à 1-1 dans la série passent par un match abouti de leur gardien. (Le Matin)

Créé: 13.03.2018, 15h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.