Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:06

Hockey sur glace René Fasel: «Pour moi, il y avait but»

Le président de la Fédération internationale était présent à Espoo lors de la finale des Mondiaux féminins qui s’est terminée dans la polémique. Il témoigne.

René Fasel n'est pas d'accord avec la décision prise sur la glace.

René Fasel n'est pas d'accord avec la décision prise sur la glace. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’histoire a fait le tour de la planète hockey. Dimanche soir, à Espoo, lors de la finale des Championnats du monde féminins, les Finlandaises avaient inscrit le présumé but de la victoire dans la prolongation (2-1) contre les États-Unis. Elles avaient jeté leurs cannes, s’étaient débarrassées de leurs gants et s’étaient congratulées sur la glace. Dans les estrades, le public jubilait. Il ne manquait qu’un «We are the champions» dans la sono et une Veuve Cliquot pour arroser les joueuses nordiques.

Et puis, finalement, non. Douze minutes plus tard, les arbitres ont invalidé la réussite pour une obstruction sur la gardienne américaine. Les Finlandaises ont remis leurs gants, retrouvé leurs cannes et se sont remises à l’ouvrage. Une demi-heure plus tard, elles s’inclinaient aux tirs aux buts. L’or venait de se transformer en argent. Leurs larmes venaient de changer de saveur.

Un Suisse, au moins, a été témoin de cette scène rocambolesque: le Fribourgeois René Fasel, président de la Fédération internationale (IIHF), qu’on a joint sur son téléphone dit intelligent à l’aéroport d’Helsinki.

René, vous dirigez l’IIHF depuis 1994. Aviez-vous déjà été témoin d’une telle séquence?

Non, jamais…

Où vous trouviez-vous lorsque la Finlande a marqué ce fameux 2-1 devenu fantôme?

Au bord de la glace. J’étais entouré des présidents des Fédérations finlandaise et américaine. Comme un match peut prendre fin d’une seconde à l’autre en prolongation, on doit être prêt à intervenir pour la cérémonie protocolaire. J’ai aussitôt félicité le président finlandais…

Le but a été soumis à l’analyse vidéo. Qui l’a décidé?

Personne, c’est notre règle. Dans un championnat du monde, tous les buts sont visionnés.

Donc il n’y a pas eu de demande de l’entraîneur des Américaines?

Non.

Quand cette règle a-t-elle été introduite?

Il y a trois ans. Les clubs et les fédés avaient mis la pression pour que les décisions soient prises avec le plus grand souci de justice possible. Normalement, la révision des images prend 45 secondes.

A Espoo, cela a pris beaucoup de temps…

Oui! 12’11’’ pour être précis. Cela n’a pas de bon sens.

Pourquoi?

C’est beaucoup trop. Là, ils n’ont pas regardé la tableau d’ensemble, ils ont scruté le détail. Et, effectivement, il y a eu un léger contact entre la joueuse finlandaise et la gardienne américaine.

Est-ce à dire qu’il était juste de ne pas valider le but?

Tout est une question de jugement. Mais pour beaucoup, comme pour moi , il y avait goal. C’est comme l’histoire du penalty contre le PSG en 8es de finale de la Ligue des champions face à Manchester United. La VAR avait accordé le penalty, mais il n’y avait pas matière à le faire. Il faut voir l’ensemble de l’action et, à Espoo, la réaction instantanée de l’arbitre placée à proximité de l’action qui accorde le but. Là, on a trop tergiversé.

C’est qui, «on»?

Des personnes de chez nous, qui agissent en tant que «video judges goal». Disons que ce sont les préposés à notre VAR.

Comment faire pour qu’un tel capharnaüm ne se reproduise plus?

Accorder un temps limite de visionnement aux juges. A mon sens, il ne faut pas dépasser les deux minutes.

Au fait, les Finlandais sont gentils avec vous ce lundi?

Disons que je vois beaucoup de regards noirs. Pas grave, j’assume même si je ne suis pas en accord avec la décision rendue sur la glace.

Créé: 15.04.2019, 20h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.