Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 13:47

HOCKEY SUR GLACE Robert Mayer pourra-t-il jouer mardi?

L’ouverture d’une enquête pour un coup de bloqueur asséné par le gardien de GE Servette dans le visage de Brett McLean provoque des sueurs froides aux Vernets.

youtube/watson ch
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dimanche, 13h27: Reto Steinmann annonce l’ouverture d’une procédure ordinaire contre Robert Mayer. En cause: le coup de bloqueur que le dernier rempart du GSHC a asséné dans le visage de l’attaquant de Lugano Brett McLean à la 58e minute de l’acte I des quarts de finale des play-off.

Dans le feu de l’action, ce geste n’avait été sanctionné que d’une pénalité mineure. Il avait d’ailleurs conduit GE Servette à évoluer durant de longues secondes à 6 contre 4 quand Patrick Fischer décidait de remplacer son gardien par un 6e joueur de champ. Sans conséquence immédiate, les «grenat» parvenant à garder leur avance d’un but et à fêter le premier succès dans cette série (3-2).

L’ennui ? D’après un spécialiste de l’arbitrage consulté suite à l’ouverture de cette enquête, ce geste pourrait valoir quelques soucis au GSHC. En effet, selon la règle 219 i de l’IIHF, un coup de bloqueur dans le visage d’un adversaire doit être sanctionné d’une pénalité de match. Or, qui dit pénalité de match dit suspension automatique pour une rencontre.

«Comme on ne donne plus de pénalité de match dans le feu de l’action, il aurait été juste, d’après les images que j’ai pu voir, de sanctionner Mayer de cinq minutes de pénalité assortie d’une méconduite de match, précise notre interlocuteur. Une telle sanction engendre ensuite automatiquement l’ouverture d’une procédure ordinaire. Cela n’a pas été fait, mais je pense que Lugano s’est bien rendu compte de la scène et qu’il ne s’est pas gêné de la signaler auprès du corps arbitral.»

Le précédent Martin Gerber

Reste désormais à savoir si le geste de Robert Mayer, qui a réagi violemment après avoir été pris à partie verbalement par Brett McLean quelques secondes auparavant, sera à ranger dans la catégorie «infraction à la règle 219 i de l’IIHF». Si Reto Steinmann s’en persuade, il se pourrait bien que GE Servette soit privé de son gardien numéro 1 lors de l’acte II, mardi aux Vernets (au minimum).

Cette scène n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle qui avait valu un match de suspension l’année passée à Martin Gerber. Le gardien des Kloten Flyers avait asséné un coup de bloqueur dans le visage de Gregory Sciaroni en quarts de finale des play-off face à Davos. C’était le 15 mars 2014, lors de l’acte III. L’expérimenté gardien s’était fait expulsé (cinq minutes de pénalité + méconduite match) et avait pris dans la foulée un match de suspension.

Une scène que certains médias en suisse-alémanique avait ensuite décrite comme fédératrice dans les rangs du futur finaliste, qui n’avait trouvé son maître qu’en finale des play-off (les Zurich Lions s’étaient imposés 4-0).

Créé: 01.03.2015, 17h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.