Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Hockey sur glace Cela s'est passé un 30 mars: Sierre promu en Swiss League

Il y a pile un an, le club de Graben battait Martigny dans un match irrationnel à Graben.

Le 30 mars 2019, Sierre avait battu Martigny aux tirs aux buts dans le 5e et dernier acte de la finale de MySports League.

Le 30 mars 2019, Sierre avait battu Martigny aux tirs aux buts dans le 5e et dernier acte de la finale de MySports League. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Rien que d’y penser, j’en ai encore la chaire de poule», raconte Fred, un supporter de longue date du HC Sierre. «Moi, j’ai encore la gueule de bois», se bidonne sa cousine, qui avait suivi cette rencontre pas comme les autres dans une patinoire de Graben dans laquelle 4500 personnes avaient passé leur fin d’après-midi à tester leur résistance cardiaque ou à se ronger les ongles.

L’affiche en ce 30 mars 2019: le cinquième et dernier acte de la finale du championnat de MySports League entre Sierre et Martigny, deux rivaux cantonaux qui avaient décidé de commencer le match bien avant que les arbitres ne libèrent la rondelle. Il y avait eu quelques tentatives de déstabilisation pas toujours habiles par médias interposés, donc celle qui prétendait que les Sierrois n’avaient pas mis de papier de toilette à disposition de leurs rivaux dans l’acte III, une thèse que la formation «rouge et jaune» avait tenté de balayer en nous faisant parvenir une image censée démontrer le contraire.

Des bagarres entre pseudo supporters captées par des téléphones portables et relayées sur les réseaux sociaux qui avaient accentué la tension avec les deux camps. Et, encore, une photo de la Coupe gravée du nom du HC Sierre lors d’un acte IV remporté par les Martignerains qui avait outré le direction du club du Forum.

«De toute ma carrière, je n’avais jamais baigné dans un tel contexte d’animosité», résume le capitaine martignerain Jérémy Gailland.

«On avait essayé de faire abstraction de ces paramètres extérieurs sur lesquels nous n’avions aucune maîtrise, se remémore le gardien sierrois Remo Giovannini qu’une rumeur bas-valaisanne avait envoyé à Zoug en pleine finale. Moi, j’en avais souri, m’en étais servi comme un facteur de motivation supplémentaire. Mais pour les plus jeunes, ce n’était pas forcément évident.» Le stress avait également déréglé les habitudes de joueurs plus aguerris. «Personnellement, se rappelle Jérémy Gailland, je n’avais pas réussi à m’endormir dans la nuit qui avait précédé cet acte V. A 4 h du matin, j’étais sorti pour marcher et pour tenter de me calmer.»

La trame de ce duel «à la vie, à la mort», disputé alors que le HC Valais-Chablais avait recouru contre la décision de la Ligue de ne pas lui accorder le droit d’évoluer en Swiss League pour des raisons administratives, avait été à l’image de cette folie. Digne du plus crispant des films à suspens.

A la 40e minute, Martigny menait 1-3. A 30 secondes du coup de klaxon, Auguste Impose avait profité d’un changement de joueurs hasardeux pour se faufiler dans la zone défensive bas-valaisanne et signer un 3-3 qui avait plongé Graben dans une allégresse qui fera date dans l’histoire pourtant riche en événements du vétuste stade de la Cité du Soleil.

Après une prolongation de 10 minutes au cours de laquelle les deux équipes avaient tutoyé à plusieurs reprises le but libérateur, le titre s’était disputé dans une épique séance de tirs aux buts. «Pour l’anecdote, sourit Gailland, on avait vécu un truc inouï au moment de désigner l’équipe qui allait tirer en premier. Comme à pile ou face, Kyllian Guyenet, le capitaine sierrois, et moi avions choisi l’un des deux côtés du puck. Ce dernier était retombé sur la tranche. A cet instant, avec Kyllian, on avait dit à l’arbitre: c’est bon, on arrête tout et on fait gagner les deux équipes.» Une deuxième tentative avait invalidé la demande qui n'avait que pour but de faire baisser la tension.

La fusillade avait souri au club du Valais central entraîné par Dany Gelinas. Et une scène symbolique avait témoigné de l'état de crispation des acteurs et des spectateurs. Après avoir annihilé la dernière tentative martigneraine, Remo Giovannini était demeuré impassible pendant huit secondes avant de réaliser que le débat était terminé et que Sierre était promu en Swiss League.

«J’étais tellement concentré sur mon job que j’avais perdu le fil des tireurs, explique le gardien grison. Je ne savais plus du tout où nous en étions. J’avais regardé le banc et la tribune, mais personne ne bougeait. Ce n’est qu’après un long moment que quelqu’un a commencé à gesticuler derrière notre banc et que les gars se sont mis à jubiler. La caméra était sur moi, c’est pourquoi l’image est si étonnante.»

Une fois que Giovannini avait jeté sa canne, Graben avait chaviré dans l’allégresse. «D’un point de vue émotionnel, c’était assurément l’instant le plus fort de ma carrière», estime le cerbère d’un HCS dont la victoire avait été célébrée jusqu’à l’aube dans les bistrots de la place.

L’évocation du souvenir engendre moins de sourires dans le camp des battus pour qui la plaie n’est pas encore totalement suturée. «Avec les deux revers avec le LHC contre Bienne dans les actes VII de séries de promotion-relégation, il s’agit assurément de la défaite la plus douloureuse de ma carrière», grogne Jérémy Gailland. Qui illustre: «Monter en Swiss League, ce n’était pas de notre ressort. Nous, on voulait la Coupe et faire la fête à notre retour au Forum. Au final, la moitié de l’équipe avait pleuré dans le bus du retour et on était rentré chacun chez soi avec pas mal de frustration.»

Supportrice sierroise, Sandra, elle, a retenu une leçon. «Souvent, les entraîneurs me cassaient les pieds en répétant qu’un match durait 60 minutes. Depuis un an, je trouve que cette phrase a du sens…»

Emmanuel Favre

Créé: 30.03.2020, 14h41

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.